Catégories
A la une Live reports

Festival Rock en Seine 2012 – Jour 3

Et c’est déjà le dernier jour des Rock en Seine 2012 !! Après un Vendredi avec Dionysos ou C2C et un Samedi soir avec The Black Keys, la barre est haute pour ce Dimanche !

Et on commence par BRNS ! Après dEUS hier, on retrouve de nouveau des amis belges, sur la scène de la Cascade cette fois. Les quatre Bruxellois multi-instrumentistes de BRNS, prononcez « brains », envoie une pop de qualité, qui met de bonne humeur sans être gnan-gnan (rare!). Les nombreuses percussions, parfois vaguement exotique, ajoutent un charme fou à cet ensemble décomplexé.

On n’aurait pas pu rater Versus tout de même ! Merveilleux mélange entre hip hop et groove jazzy, les Versus font un peu partis de mes chouchous ces derniers temps. Leur album Mr Blue est une véritable pépite du hip-hop radicalement éloigné du bling bling. Leur show était vraiment de qualité, et à la fin de la chanson Mr Blue (qui en toute honnêteté reste dans la tête pendant de longues, très longues, heures), quel plaisir d’entendre de la bouche d’un festivalier atterri là par hasard : « Je vais m’acheter le CD tout de suite ». Parce que oui, on fait encore de la musique de qualité par ici. Versus en fait parti, preuve en est de ce live endiablé !

On file direct voir Stuck in the Sound, qui ont simplement cartonné avec leur album Pursuit. C’est tout heureux qu’ils déclarent : « il y a sept ans, on faisait parti de l’Avant Seine (le concert organisé par les Rock en Seine pendant le festival pour « découvrir » de nouveaux talents, nda)… Aujourd’hui, on est sur la Grande Scène !! ». Ils nous ont livré un concert très « propre ». Je m’attendais à un peu plus de pêche, mais tout de même, les singles comme Brother ou Pursuit sont excellents.

Après un concert de Stuck in the Sound pas aussi énergique que j’imaginais, on continue avec du carrément mou… Autant sur CD les Dandy Warhols c’est vraiment sympa, autant là… L’occasion d’une pause dîner anticipé (ou cigare), dans le meilleur des cas. De cas autentifier les rumeurs : achetez du Dandy Warhols, mais en live ça n’envoie pas franchement des briques.

Nous qui manquions d’énergie côté Grande Scène, les Social Distortion nous réveillerons à grand coup de tatane dans la tronche. Avec plus de 30 ans d’expérience, les Californiens savent ce qu’ils font, ayant inspiré tout ce qui se fait en punk-rock actuel (et donc Green Day, qui jouent aussi ce soir). Une petite reprise de Johnny Cash, un de leur morceaux phares Machine Gun Blues, et les rares personnes qui ne connaissaient pas étaient conquises. Comme quoi, c’est décidément dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes !

Un petit casse-croute et on se dirige calmement vers Green Day. Le « calmement » est une précision très importante, vu le nombre ahurissant de fans au tee-shirt du groupe qui courent comme des dératés pour rejoindre le concert (alors que l’avant de la Grande Scène est occupé par les groupies depuis 1h déjà). Il est vrai que les trois punks de Green Day représentaient la tête d’affiche de la journée, voire même du week-end. Contrairement à un Brian Molko un peu bouffi, les Green Day ont gardé toute leur énergie, et ne ressemblent en rien à des papy junkies surfant sur leur succès dépassé. Billie Joe Amstrong gigote, saute, crie, rend le public fou, et l’espace de quelques titres, le public entier de Rock en Seine a de nouveau 12 ans, sur American Idiot ou sur les petits clins d’oeil à AC/DC ou Led Zeppelin. Pour info, les Green Day sorte 3 albums d’un coup cette année et l’année prochaine : Uno, Dos et Tré. Le punk-rock pour ado (faut être honnête), ça motive à produire !

Maintenant que vous avez eu le courage d’aller jusqu’ici dans l’article, je vais pouvoir vous faire une confession. Je n’ai pas assisté en entier au concert de Green Day de 2h… J’ai séché, du moins une partie. Impossible de résister à l’appel de… Dope D.O.D. !! Hip hop glauque sur fond chatouillant le dubstep et la drum’ n’bass… Comment dire non ? Obsédant, sombre et planant, les amateurs en ont eu pour leur argent… Dans le public de la scène de l’Industrie, on a même trouvé quelques porteurs de tee-shirt Green Day, dégoûtés par la foule oppressante de la Grande Scène. Et puis, quel rapport avec le public ! Après leur concert, beaucoup trop court (seulement 45min programmées!), les trois MC semblaient être aussi restés sur leur faim et c’est tout naturellement que Skits Vicious, lentille blanche et allure qui-fait-peur, est venu partager une petite cigarette aromatisée avec ses fans…  Il a même reconnu un fan qui avait tweeté dans l’après-midi : « Fuck Green Day, I’ll be at Dope D.O.D. » ! S’en est suivi ensuite une tournée générale de câlins, de bisous et de photos !

Trois jours si vite passés… Pour résumer, coup de coeur pour Owlle, Dionysos, C2C, Speech Debelle, Hyphen Hyphen, dEUS, The Black Keys, Agoria, Versus, Social Distortion et Dope D.O.D. A l’année prochaine !

Et merci à l’agence Ephélide, Claire de La Lanterne, Clément et Max de Radio Recc et Myriam Eddeira du Studio d’Ikken.

 

2 réponses sur « Festival Rock en Seine 2012 – Jour 3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *