Catégories
Live reports

Bonobo Live – Le Plan – 12.2010

Il fallait arriver tôt ce jeudi pour avoir le privilège d’observer Simon Green et son « Band » de près. En effet, c’est un Plan plein à craquer (et qui a fait salle comble) qui a l’honneur d’accueillir, pour le dernier concert de la saison, l’un des fers de lance de Ninja Tune, venu défendre son dernier opus, le dénommé (et ô combien  acclamé) « Black Sands ». C’est dans une formation plus réduite que lors de sa précédente venue (à l’Elysée Montmartre au mois de mai) que notre dealer de rêve préféré a traversé la Manche, à savoir une formation batterie/guitare/clavier à laquelle s’ajoute un extraterrestre multi-instrumentaliste tantôt flutiste, tantôt joueur de saxo ou de hautbois ; un acolyte à la MPC et aux platines et Mr Bonobo himself à la basse.

Mais chut !!!! Voila que ca commence. On ne peut s’empêcher de sourire avec nostalgie aux premières notes de « Pick Up » et « Flutter », nous offrant un voyage dans les premiers albums du maître. Quelques morceaux s’enchainent quand, dans un triomphe d’applaudissements, mêlés à quelques frissons, s’avance la sublime voix que l’on nomme Andreya Triana, pour interpréter quelques unes de ses collaborations . Son timbre magique nous emmène encore un peu plus loin dans la rêverie ; dans le public certains yeux se ferment pour mieux se laisser transporter, d’autres sont rivés sur la diva et ses instrumentalistes. Les morceaux s’enchainent avec limpidité, on a comme l’impression d’avoir embarqué sur un nuage traversant un éventail d’ambiances différentes, mais restant toujours aussi doux, et servi par une acoustique et un jeu de lumière de très bonne facture. Tantôt dans un univers jazzy et enfumé, tantôt dans des envolés presque lyriques, en passant par une soul teintée de  guitare sèche, des incursions électroniques, j’en passe et des meilleurs…les styles se chevauchent pour former une prestation aussi variée qu’onirique. Mention spéciale pour le solo de batterie lorgnant du côté de la Dub Step effrénée de « The Bug », aux allures de jolie  petit clin d’œil à un autre compère du label.

Voila que le rappel arrive déjà ! L’artiste, cette fois passé au clavier nous accorde une montée très progressive et rythmée  de synthé aux forts accents West Coast. On se surprend a dodeliner la tête au rythme de « California Love » et enfin, une ultime fois, la magnifique Andreya Triana transcende le public, dans un dernier titre d’une rare intensité émotionnel.

La lumière se rallume. Ca y est c’est vraiment fini… On ne peut s’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur à la pensée que la séance d’évasion musicale est désormais close. Mais un sourire est imprimée sur notre visage, on se sent léger. Le temps d’un dernière bière, on aperçoit les fans venir simplement remercier les artistes pour ce moment de plaisir, d’autres brandir des affiches pour se le faire dédicacer dans une ambiance très bonne enfant. Et une dernière fois avant de partir, on se dit que Bonobo, « c’est juste génial ».

Crédits Photos : Williams Farkas

3 réponses sur « Bonobo Live – Le Plan – 12.2010 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *