Catégories
Live reports

Bonobo Live – Elysée Montmartre – Mai 2010

A l’occasion de la sortie de l’album Black Sands en avril dernier, Bonobo et ses acolytes ont investi la scène de l’Elysée Montmartre pour une unique date parisienne d’une tournée mondiale à l’agenda bien chargé. Il va sans dire que le guichet était fermé et la salle bondée … presque trop …

Il n’est pas pourtant très tard, quand nous franchissons les portes de l’Elysée mais les lieux ont déjà été pris d’assaut par une foule aussi hétéroclite que patiente, c’est donc du fond de la salle que nous devrons suivre le concert …

Pour commencer nous avons droit à un agréable DJ-Set assuré par le parisien DJ Oof, dont la particularité, est de mixer en associant l’image au son, notamment par le biais de clips vidéos, ce qui vous en conviendrez, occupe autant les yeux que les oreilles.

En parlant des yeux, ce sera malheureusement une soirée sans image, car le partenaire de la soirée, la marque au deux taureaux pas forcément très bonne pour la santé, n’a pas accordé de pass photo. Mais comme le visuel ci-dessus provenant du myspace de l’artiste, retranscrit assez bien l’ambiance de la soirée, nous voilà sauvés !

Mis à part quelques rares apparitions en DJ Set, Simon Green n’avait pas pris le chemin de la scène depuis la sortie de Day to Come … Pour son grand retour à la vie parisienne, c’est accompagné d’une douzaine de musiciens que notre singe a choisi de fouler les planches …

Un ange passe, le silence se fait et résonnent enfin les premières notes du prélude de Black Sands, l’heure de la grand-messe a sonnée et nous célébrons à l’arrivé du dubstep dans l’univers darwinien du singe en assistant à une version live de Kiara qui gagne réellement à être jouée en live.

A peines remis de ce premier échange digne d’un concert de Flying Lotus, nous voilà qui remontons le temps, l’esprit léger et le corps en balancier, bercés par le lancinant Transmission 94.

C’est tout en douceur que nous découvrons enfin la belle Andreya Triana sur l’intimiste Stay the Same avant de succomber à la soul épaisse de The Keeper

A l’instar de son cousin hominidé, Bonobo est un artiste rare en voie de disparition, modeste, c’est à la basse et en retrait qu’il a joué la quasi intégralité du concert, talentueux, il a réussi la double performance de poser en studio des instruments là où d’autres se contentent de machines et en live, de faire vivre une musique aussi complexe qu’universelle …

En capitaine éclectique Green nous ferra voyager tout au long d’une décennie de création en perpétuelle évolution. Nous gageons que si la salle eu été plus grande elle eu été tout aussi pleine …

1 réponse sur « Bonobo Live – Elysée Montmartre – Mai 2010 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *