Catégories
Interviews

Interview – Smokey Joe & The Kid : « Scratch, jazz et Jack Daniels »

Smokey Joe & The Kid ont le vent en poupe. Entre leur dernier album Nasty Tricks et leurs remix, ils enchaînent scènes internationales et projets musicaux. C’est suite à ce dernier album que nous avons pu rencontrer un des gangsters de Smokey Joe & The Kid.

Barbe de 10 jours, cheveux longs et T-shirt estampillé Tha Trickaz, c’est Hugo Senbeï, alias The Kid, qui nous a dévoilé leur univers pas si gangster que ça….

Adnsound : Pour commencer, d’où vous vient cette idée d’incarner deux gangsters, Smokey Joe et le Kid ?

The Kid : Smokey Joe, c’est un personnage qui ressort souvent dans le Jazz, et notamment dans des chansons de Cab Calloway ou Ella Fitzgerald. Ce côté « Jazz Crapule » représentait assez bien un des grands aspects de notre univers musical…
Quant à The Kid, c’est typiquement un nom de gangster ; on pense tout de suite à Pat Garret & Billy the Kid. Et puis The Kid, c’est également un de mes premiers projets, en 2009, lors duquel j’avais déjà eu l’occasion de travailler avec Youthstar.
Et avouez que « Smokey Joe & The Kid », ça sonne plutôt bien…

Et cette casquette  de gangster sous laquelle vous vous amusez à reprendre des sons des années 30, c’est une étiquette que vous souhaitez garder à l’avenir, un peu comme une signature ?

Non, pas forcément. C’est surtout quelque chose qui collait très bien à ce premier opus. On est d’ailleurs très content du résultat. Et puis c’était une excellente entrée en matière. Ceci dit, on n’a pas vraiment l’intention de rester figés dans ce style musical, on finirait par s’en lasser.

Vous n’allez pas succomber aux sirènes de l’électro…

Oh non, surtout pas ! Mélanger l’électro à tout et n’importe quoi, ce n’est pas notre truc. Je pense que pour nos prochains projets, on repartira plutôt sur des sons blues avec davantage de chant, un peu dans le style de ce qu’on a pu faire avec le chanteur texan Sugaray.

D’ailleurs, on a toujours adoré jouer en Amérique du Nord car c’est un peu les racines de notre musique. On garde notamment un super souvenir de nos concerts à Montréal et à New York. C’était parmi nos meilleures dates et on a envie de repartir là-dessus, de faire danser les gens sur du swing.  Vous savez, là bas, ce sont ces gens à qui notre musique parle énormément, car ils ont à la fois la culture du Jazz et la culture du hip-hop.

Comment s’est passé le travail avec les autres artistes ? Vous les avez rencontrés, ou vous avez travaillé à distance ?

Globalement, on adore travailler avec les artistes en direct. C’est quelque chose qu’on a vraiment favorisé pour cet album… on est allé au Canada rencontrer les artistes, et puis on en connait certains très bien.
Après, vous savez, maintenant on peut tout faire à distance avec internet. On prépare une piste, on l’envoie à un artiste en lui disant « Tiens, ça devrait coller avec ce que tu fais… ça te dit de travailler avec nous ? »… et si ça les branche, c’est dans la boite !

Finalement, vous avez eu beaucoup de collaborations dans le cadre de ce premier album, et assez peu de pistes en solo…

Oui, on adore travailler avec des artistes de styles différents. Et puis, ce sont généralement des artistes qu’on apprécie énormément. Moi par exemple, ça fait des années que je suis fan  d’R-Wan

J’ai l’impression qu’avec Smockey Joe, vous avez des styles musicaux assez différents, tout en étant complémentaires… Vous pourriez me citer quelques unes de vos sources d’inspiration ?

Alors, pour Smokey Joe, c’est essentiellement du jazz. Il baigne dedans, d’où son nom….

Pour moi c’est beaucoup plus difficile à définir… Plus écliptique, j’écoute vraiment tout et n’importe quoi. Ca peut aller de Rage Against The Machine aux sons de jeux vidéo (ndlr : Hugo Senbeï a un tatouage Zelda sur l’avant bras droit).

En parlant d’artistes, le T-shirt que vous portez me rappelle quelque chose….

C’est un T-shirt de Tha Trickaz, un autre groupe avec lequel je travaille régulièrement. Comme Smokey Joe & The Kid, c’est de la musique aux tendances électro hip-hop, mais l’univers est très différent.

Votre dernier projet en date, c’est le remix de C2C – Happy ; Vous avez fini premiers au concourt, alors…. heureux ?

Non, on n’a pas encore gagné !!! On est en tête mais maintenant le jury va en choisir 5 parmi les 25 premiers. Ceci dit, c’était une super expérience : Au-delà de l’aspect purement musical, on a appris à faire du community management. On a vraiment saoulé les gens avec ce truc !! Au passage, je tiens à m’excuser auprès de tous les lecteurs pour le buzz qu’on a fait autour de ce projet, parce que ça tenait vraiment du spamming !

Un autre projet en vue ? Un EP, un album ?

Alors là, on a beaucoup de boulot, donc on va attendre pour le prochain album ! A court terme, on va surtout travailler sur d’autres remix et participer à des festivals. Et puis on prévoit un EP à la rentrée.

En parlant d’univers, vous pouvez me résumer votre univers en 3 mots ?

Question difficile… Je dirais : scratch, jazz et Jack Daniels !!

 

Edit: le 21.05, les Smokey Joe & The Kid ont balancé un morceau gratuit sur leur Soundcloud

Smokey Joe & The Kid feat Youthstar – Smokey Joe’s Café

Merci à David, Hugo et Thibault… C.

2 réponses sur « Interview – Smokey Joe & The Kid : « Scratch, jazz et Jack Daniels » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *