Catégories
Live reports

Gorefather Tour : Banane Metalik, Charge 69 et Peter Pan Speedrock – Live – Le Divan du monde- 11.10.2013

banane_metalik_live_paris_divan_du_monde_2013_02

Calendrier très chargé en Ile de France ce vendredi 13 octobre : les amateurs de musiques extrêmes ont en effet l’embarras du choix entre Punish Yourself, Sidilarsen, Suicidal Tendencies et bien entendu le Gorefather Tour au Divan du Monde. Sans aucune hésitation, notre choix s’est donc porté sur ce dernier afin de ne pas louper le retour des toujours très spectaculaires Banane Metalik, et leur show toujours gore inspiré des films de série Z. Afin de nous faciliter le choix, les bretons sont venus très bien accompagnés ce soir en la personne de Charge 69 et des hollandais de Peter Pan Speedrock.

Premier constat : La présence de Punish Yourself dans la toute proche Cigale confère au quartier de Pigalle des allures de mini Hellfest. Après avoir profité de cette ambiance si singulière, nous nous rendons de bonne heure au Divan du Monde, afin de ne pas louper le punk métal enragé de Peter Pan Speedrock.
La salle est malheureusement particulièrement vide pour leur entrée sur scène, ce qui semble plus les amuser qu’autre chose. Les premiers titres font la part belle à un son rock/métal et assez crade qui nous fait penser bien entendu à Motorhead. Leur look est également plus inspiré par la scène métal /stoner que par les autres groupes punk old school de la soirée. Sur le début de leur set, le son est trop brouillon, et la voix est trop faiblarde pour nous faire vraiment rentrer dans leur univers. Cependant après 4-5 morceaux, ces petits soucis semblent réglés et les sonorités plus punk semblent enfin réveiller le public qui commence a se faire plus nombreux. Les influences des Néerlandais étant des plus variées, leur musique est susceptible de toucher le plus grand nombre. Plus le set avance et plus leur leader se fait charismatique et comique.

Leur simplicité semble plaire aux punks les plus anciens, ce qui n’est jamais gagné dans ce type de soirée 100% punk français. Plus qu’une simple ouverture de soirée, Peter Van Elderen et sa bande auront assuré 45 minutes pleines de sueur qui nous donné envie de les revoir très vite.

Changement d’ambiance avec les Messins de Charge 69. C’est maintenant à une formation mythique de la scène punk alternative française que nous avons désormais droit. Les lorrains ont survécu à la mort relative de ce mouvement et célèbrent cette année leur 20 années d’existence. Après avoir été bercé au son des Bérus, LSD ou autres Molodoï, c’est un réel plaisir pour moi de réentendre ce son si singulier. Bien sur, on peut reprocher de nombreuses choses à ce genre de groupes : chant faux, musique simpliste et paroles pas toujours très variées… Cependant, l’ensemble est totalement jouissif et nous ramène 20 ans en arrière. L’ambiance n’est pas des plus folles, mais un certain nombre semble éprouver le même plaisir que moi à scander des dizaines de fois des phrases pourtant puériles telles que « génération sans repère, hohoohooo !!! ». Les titres défilent à toute vitesse et nous ramènent à l’essence même du punk : énergie, chaleur humaine et bières…


Après ce moment jubilatoire pour moi, ennuyeux pour d’autres, l’heure est venue aux Bretons de Banane Metalik d’assumer leur statut de tête d’affiche. Leur réputation scénique n’étant plus à faire, c’est devant une salle à présent bien remplie qu’ils entament leur set horrifique.

Dés les premières secondes, l’ambiance se fait plus étouffante et festive. Fidèles à leurs habitudes, les Rennais arrivent sur scène grimés en monstre, mais leurs déguisements semblent moins sanglants et extravagants que par le passé. Deux ans après leur passage au Glazart, le bordel, au sens positif du terme, a fait place à plus de professionnalisme. La formation semble parfaitement en place et exécute chacun de ses titres à la perfection. En guise de célébration, leur set-list est un vrai best-off de leur carrière, et ce afin de faire plaisir au plus grand nombre. Les titres Immaculée Erection, Maniac, ou encore Strip Or Die sont des vrais grands moments de punk horrifique. Le sexe et l’horreur sont en effet au cœur de tous leurs titres, bien mis en scène par un décor faisant référence aux plus grands fims de série Z, le tout servi par une bonne dose d’hémoglobine.

On peut cependant regretter l’absence de leur habituelle go-gore danseuse, qui apportait un peu plus d’extravagance. Passée cette légère déception, on rentre malgré tout dans leurs univers grâce à une parfaite maitrise de la scène. Le leader Ced666 y est pour beaucoup, rameutant constamment le public. Malheureusement, alors que le show atteint son paroxysme sur les riffs acérés et le chant guttural de Zombie, la lumière se rallume déjà. Même si Banane Metalik a réussi son objectif de foutre un joyeux bordel dans le Divan du monde, on déplore cependant un show trop court et une mise en scène ayant perdue un peu de sa folie.

SET LIST
Gorefather
Etat Sauvage
Immaculée Erection
Enfant des ténèbres
Opus 666
Maniac
Pussycat
Ride in Peace
Strip Or Die
666%
Nice to Meat You
Viva
Marche
Rock’n’Shoot
Vade Retro
Zombie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *