Catégories
A la une Chroniques

Kid Bombardos – Turnin Wrong

Kid Bombardos, c’est le groupe bordelais qui monte ! Impossible de ne pas en avoir entendu parler ces derniers temps, ils sont partout : en showcase, en interview dans les magazines… Mais pourquoi un tel engouement ? Tout d’abord, parce que les critiques sur leur premier album son quasi unanimes : Turnin’ Wrong est une réussite ! Et ensuite, c’est parce qu’effectivement, leur album est une réussite ! Les Kid Bombardos nous proposent un disque rafraîchissant et nous embarquent dans leur univers pop-rock. Un premier opus qui envoie du lourd et qui promet pour la suite …

Le quatuor bordelais (composé des trois frères Martinelli et de David Loridan) est avant tout connu pour leur single Sundays, issu d’un premier EP sorti en 2010 et distribué à l’époque de façon indépendante. Depuis, les Kid Bombardos sont entrés dans la cour des grands et ont signé chez la major Sony via leur label clermontois Sober & Gentle (qui produit, entre autres, Cocoon et Hey Hey My My).

Après des EP et des concerts un peu partout en France (Eurockéennes, Printemps de Bourges, Francofolies, Garorock …), on attendait ce premier album avec impatience. Une impatience qui a été largement récompensée … Les Kid Bombardos nous livrent 12 titres (dont 6 étaient déjà présents sur leur EP, petite déception à ce niveau-là, peu de nouveaux titres …) pour une durée totale de 40 minutes. Oui, c’est assez court, mais c’est pile ce qu’il faut.

Kid Bombardos, ce sont donc quatre jeunes rockeurs français « propres sur eux » qui invitent à la critique facile. Mais ils démontrent brillamment par leur musique et par leurs prestations sur scène que ce ne sont pas des « baby rockers » à la BB Brunes. Ce sont avant tout des « Kids » du rock. Certes, ils sont jeunes (la vingtaine environ), mais depuis quand il faut avoir un certain âge pour faire de la bonne musique ?

Dès la première écoute de l’album Turnin’ Wrong, on est séduit par la voix de « crooner », grave, et charmeuse de Vincent. On retrouve également sur l’album un côté pop à la Kooks et un côté rock (que je considère très léger) faisant penser à The Strokes. L’album s’ouvre sur l’énergique Wake Up. Mon coup de cœur est décerné à The Light The Night (le morceau le plus long de l’album) pour ses touches de piano, un titre proche de la ballade rock qui rejoint Train of Love (le piano en moins). On retiendra aussi particulièrement A Honest Man et Pig Sty qui donnent une envie folle de danser et de s’amuser. Vincent pousse sa voix dans les aigus et les refrains sont très entraînants. Quant à Turnin’ Wrong, il clôt parfaitement l’album.

Après oui, c’est vrai, il faut admettre que l’album n’est pas d’une grande « originalité », mais nul besoin d’être original pour faire de la bonne musique car de toute façon, ce qu’on leur demande, ce n’est pas d’être original, mais de faire un bon disque. Et pour le coup, c’est chose faite ! Voici donc un album à écouter (en boucle) et un jeune groupe de rock français à suivre (et je ne dis pas ça parce que je suis de Bordeaux…)

Label : Sober&Gentle/Sony Music – Sortie : Septembre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *