Catégories
Chroniques

Enter Shikari – A Flash Flood of Colour


Au menu du jour ?

Un groupe finement dosé dont le dernier album, sorti en janvier 2012, mérite amplement qu’on s’y attarde.

Imaginez une formation tout ce qu’il y a de plus classique (guitare, basse, batterie et chant) alliée à un synthétiseur et un clavier, avant d’y ajouter une foule d’influences et quatre musiciens éclectiques.Vous obtiendrez alors Enter Shikari.

D’abord nommé Hybrid de 1999 à 2003, le groupe change de ton et débute sa renaissance sous le nom d’Enter Shikari courant 2003. Avec ce nom très typé asiatique (alors que le groupe est 100% anglais) nos quatre lurons décrochent le disque d’or au Royaume-Uni en 2007 avec leur premier album, Take to the Skies.

Simplement étiqueté groupe de post-hardcore à ses débuts, Enter Shikari s’avère être un groupe rock aussi riche dans ses ambiances et inspirations que (cherchons une comparaison riche de sens) The Dillinger Escape Plan par exemple. Enter Shikari, comme trop peu de groupes, sort complètement des sentiers battus alors qu’étrangement le qualificatif de « hardcore » revient régulièrement à leur mention. Si The Dillinger Escape Plan délivre un hardcore agressif et très technique le groupe n’en oublie jamais pour autant ses premiers amours : de douces accalmies de jazz et rock progressif, tout comme nos amis d’Enter Shikari. Relié à de nombreux genres musicaux, leurs trois albums regorgent de perles aussi différentes que dissociables.

A Flash Flood of Colours, troisième album du nom, regorge de créativité, sans jamais épuiser l’oreille. Allons-y !

Avec System, l’oreille reçoit, ravie, une introduction planante balancée par un clavier entêtant, répétitif, et sur laquelle s’appose le chant clair et envoûtant de Roughton Reynolds. Paroles pré-enregistrées, samples et cadences renforcées de chœurs et d’un crescendo jouissif, Enter Shikari a, ne serait-ce qu’en un seul morceau, rappelé qu’il était le groupe novateur et rafraîchissant de ces cinq dernières années.

Nouvel ébahissement à l’écoute du morceau suivant, Meltdown, lequel, sans balancer la purée, oscille entre arrangements électroniques toniques (airs classiques, techno et électro chaque fois bien dosés) et chant énervé mais jamais growlé. Pour l’instant, le groupe est une perle de mixages entre punk et électro teufeuse (entendez électro idéale pour soirée animée).

Loin des simplifications minimales de la hard tech, Enter Shikari démarre, à chacun de ses morceaux, une nouvelle expédition vers l’inattendu.

Décrire les mille et une subtilités de cet album serait vous priver de sa sève. Et que les hargneux se rassurent, Enter Shikari gueulent aussi de bons coups, comme par exemple sur Arguing With Thermometers avant d’enchaîner avec un talent incroyable sur un air de pop rock endiablé.

Lassez d’écouter High Tone ? Amateurs de drum’n bass ? De hard tech innovante (Gandhi Mate, Gandhi), d’électro fouillée et recherchée, ou encore de piano habilement placé (Stalemate), Enter Shikari est pour vous. Ces quatre anglais sont la crème de la crème du « rock anglais », originaux et talentueux. Puissiez-vous continuer à les soutenir.

Label : Pias Recordings – Sortie: janvier 2012

3 réponses sur « Enter Shikari – A Flash Flood of Colour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *