Catégories
Live reports

The Leisure Society Live – La Flèche D’or – 05.2011


Ce 27 mai, la Flèche d’Or accueillait un concert des Inrocks. Toujours dans l’idée de faire découvrir – ou redécouvrir – des groupes talentueux, la soirée Indie Club proposait 3 premières parties et une tête d’affiche, The Leisure Society : de bonnes surprises et de petites déceptions.

Pendentif était le premier groupe à se lancer sur la scène de la Flèche d’Or. Devant une salle qui tarde à se remplir, les bordelais montrent qu’ils portent bien leur nom : Pendentif, c’est un petit bijou à la pop assez féminine, qui se chantonne sans trop y penser. Pourtant fraiches et légeres, les mélodies mignonnettes finissent tout de même par lasser. La chanson Jerrycan est l’exemple typique de ce qui cloche : voir des trentenaires chanter « oulala oulala », c’en est presque drôle. Et pourtant, on ressort du set avec le sourire, revigoré par des titres très agréables comme Cap Ferret où la superposition des voix donne des frissons sur le refrain. Bilan assez mitigé pour un groupe qui s’en sort cependant assez bien en live, puisque pour être honnête, l’EP 4 titres sorti cette année ne vaut pas le détour.

Merveilleuse surprise pour le deuxième groupe à passer, Morning Parade. Assez original et puissant, leur rock teinté d’électro est un bonheur pour les oreilles. Même si la belle voix du chanteur est quelque peu noyée dans l’instrumental, pas mauvais au demeurant, des morceaux comme Headlights ou Under the sky prennent vraiment aux tripes. Leur musique froide, où la voix est utilisée comme un instrument à part entière en live, a résonné dans une Flèche d’Or dansante et séduite. Malheureusement, le titre Carousel n’est pas sur l’EP Under the sky. Pourtant, avec son intro et son pont épatants, Carousel restera la chanson coup de cœur de cet Indie Club.

Le soucis avec ce type de soirées où les groupe s’enchaînent et ne se ressemblent pas, c’est qu’après une bonne surprise il est difficile aux suivants de s’imposer. C’est le cas de Francesqa. Le côté rock adolescent ne séduit pas vraiment. Ajoutez à cela une balance son moyennne où la voix est submergée par une guitare au jeu pas très recherché, et vous obtenez une belle déception. Mais de chansons en chansons, l’avis se fait moins tranché : Come find me et particulièrement DADGAD et sa guitare acoustique parviennent à convaincre. Il faut laisser le temps à nos oreilles exigeantes de s’adapter à un rock plus simple, qui rappelle les soirées adolescentes.

23h30, les jambes fatiguée et la salle comble, c’est enfin l’heure de The Leisure Society ! 7 musiciens sur la scène de la Flèche d’Or, avec batterie, flûte traversière, claviers, violon, violoncelle, basse, guitare et ukulélé, ça fait beaucoup de monde. Et malheureusement, alors que leurs albums et autres performances live sont impeccables et géniales et extra (oui, je m’enflamme), ce concert du 27 mai faisait un peu fanfare. La faute à qui, mystère. Enchaîner 4 groupes aux styles et instruments si différents ne facilitent peut-être pas la tâche pour les balances. Quoiqu’il en soit, le résultat était quelque peu fouillis, dommage. Heureusement, on peut encore se rabattre sur les deux albums The Sleeper et Into the Murky Water, aussi bons l’un que l’autre, et grignoter de délicieux morceaux comme Dust on the Dancefloor, This Phantom Life, ou The Hungry Years.

Article Clémence Meunier – Crédits Photos : Emilie Wallet


1 réponse sur « The Leisure Society Live – La Flèche D’or – 05.2011 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *