Catégories
A la une

Punish Yourself et Dagoba – Live – Festival Bring The Noise – 05.12.2013 – Divan du Monde

Cette année la quatrième édition du festival Bring The Noise s’est étalée sur quatre dates (contre trois en 2012). Le festival prend donc de l’ampleur ! Ce soir-là OÜI FM a vraiment fait des heureux grâce aux performances des groupes Punish Yourself et Dagoba, deux pointures du métal français.

Lorsque Punish Yourself arrive sur scène, le décor préalablement placé nous avait déjà préparé : ici la fatigue, tu oublies. Ici, les poses figées, tu oublies. Punish Yourself est sur le point de mettre le feu au Divan du Monde et leur recette s’avère toujours aussi bonne. Comment ne pas encenser les fluorescents musiciens du groupe ? Holiday In Guadalajara, le dernier album du groupe, ayant été inspiré par le Mexique, l’ajout de sombreros et de crânes ethniques ajoutent à l’ambiance typique du groupe. Les connaisseurs habitués au décor et aux maquillages exubérants du groupe profite ici d’une mise en scène peaufinée sans pour autant abandonner les bonnes vieilles recettes. Scie circulaire électrique, danseuse aux mains enflammées, maquillages mexicain et zombie, lasers et lumières vertes et violettes, rien n’est laissé au hasard.

Et quelle setlist ! Le public dansait furieusement sur « She Buys Me Drugs », « Rock’N Roll Machine », « Compagneros », « Zombie », « Gazoline », ou encore « Station In Space ». De vrais bijoux ces Punish Yourself. La danseuse déguisée en zombie a participé à la montée de la température. Tout est dit. Visuellement et musicalement, nous aimons cette ambiance des bas-fonds, cette ambiance qu’on jugerait crédible dans les catacombes ou dans des films cyber-punks. Parce que ces musiciens-là savent créer une ambiance, dépayser et étonner. En live, Punish Yourself restera toujours un vrai bonheur. Certes, on y bouge beaucoup dans la fosse mais la fatigue qui suit ne fait qu’élargir le sourire car malgré les secousses et les pogos on en ressort épatés.

Setlist :
She Buys Me Drugs
Rock’N Roll Machine
Come On, Come On
Compagneros
Zmeya
Mothra Lady
Zombie
Station in Space
Spider 375 Necromancers
Las Vegas 2060
Gazoline
Enter Me Now
Nation To Nation
CNN War
Gay Boys In Bondage

Une petite pause savourée, c’est maintenant aux marseillais de Dagoba d’entrer sur scène. Cette fois, plus de décoration scénique ni de lasers colorés. Place à une simplicité brute et cadencée. Le chanteur, Shawter, nous annonce qu’ils viennent de rentrer des Etats-Unis et qu’ils sont ravis d’être là. Vu l’accueil immédiat et les hurlements gutturaux qui résonnent à ce discours, nous sentons qu’une écrasante majorité de personnes est prête à pogoter dès que possible. La chaleur monte d’un cran et l’impatience devient palpable parmi les plus jeunes membres du public.

C’est avec « I, Reptile » que le groupe démarre dans toute sa violence primale et deux titres plus tard, après le frénétique « The Man You’re Not » et « The Nightfall And All It’s Mistakes », un wall of death est demandé par Shawter. La salle du Divan du Monde bout de l’intérieur, il fait chaud et les personnes participant aux pogos tombent régulièrement au sol. Shawter communique énormément et stimule le public à faire toujours plus de circle pits et de pogos. Nous sommes clairement là pour nous amuser tous ensemble et nous faire de beaux bleus. Que dire de la setlist sinon qu’elle rappelle combien Dagoba a toujours gardé un style bien à lui. Que les albums n’ont jamais été inégaux en qualité et que chacun possède ses perles. « The Man You’re Not », « Black Smokers », « Degree Zero », « The Things Within », tous ces morceaux sont des incontournables même si le son ce soir-là ne rend pas hommage à toute leur technicité. Plusieurs fois, le chant ou les guitares ne sont plus audibles et les grésillements empêchent souvent d’apprécier la musique. Même durant les passages plus lents. Mais Dagoba a assuré un show convivial où la bonne humeur était de mise. Voir le groupe en concert restera toujours aussi bon pour l’énergie qu’il dégage.

Setlist :
I, Reptile
The Man You’re Not
The Nightfall and All Its Mistakes
When Winter
Black Smokers
Fall of Men
It’s All About Time
The Great Wonder
Degree Zero
The Things Within
The White Guy


Report: Charlotte Noailles
Crédits photo: Cherry Pixs

Remerciements à l’équipe de OÜI FM et au Divan du Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *