Catégories
Chroniques

Pendentif – Mafia Douce


Après La Femme, Granville, Exsonvaldes, je vous présente aujourd’hui Pendentif, mon nouveau coup de cœur musical français, qui vient de la ville où je vis : Bordeaux ! Pendentif, c’est cinq membres : Cindy Callède (chant, tambourin), Benoit Lambin (chant, guitare), Mathieu Vincent (basse, chœurs), Ariel Tintar (claviers, guitare, chœurs) et Jonathan Lamarque (batterie, chœurs). L’ingénieur du son et mixeur qui se cache derrière ce petit bijou musical (jeu de mot inévitable et très facile, ça, c’est fait !), c’est Antoine Gaillet (M83, Julien Doré, Mademoiselle K…).

Mafia Douce, c’est 46 minutes de fraîcheur insolente et de pop dansante. Un subtil mélange de french surf pop, de chill/dreamwave et de new wave (tendance electro/synth-pop). Pour rester dans l’antinomie avec le titre de l’album, Mafia Douce est une joyeuse mélancolie, une douce chaleur.

Mafia Douce est un album de teinte pastel à la saveur d’un chamallow qui fond en bouche et que l’on dégusterait avec une piña-colada sur une plage à Tahiti… une brise de vent nous caresserait les cheveux… Mafia Douce c’est douze chansons sucrées, douze bonbons acidulés, douze cartes postales qui sentent bon le sable chaud et le sel marin, douze instants volés de bonheur, douze invitations au voyage, douze baisers… Un pendentif que l’on porte/écoute et qui nous évoque un désir d’évasion… Oui, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cet album !

L’album s’ouvre avec Riviera, porté par la voix mutine de Cindy Callède. C’est pétillant, c’est rafraîchissant : “à la cool”. Au morceau suivant, Embrasse-moi, Cindy ordonne de sa voix sensuelle de l’embrasser. Des paroles qui claquent : “C’est quoi qui t’excite, j’aimerais bien que tu m’expliques. Entre les kiss et les claques, tu provoques l’avalanche”. Seul bémol concernant ce morceau : ce mix anglais/français… La Mafia Douce, la chanson éponyme de l’album, est, après l’avoir écouté plusieurs fois par la suite, l’une de mes préférées avec une belle part à l’instru. Les paroles sont toujours aussi saisissantes : “Je fais partie de la mafia douce, celle qui te taxe par petites touches (…) Je fais partie de la mafia douce, celle qui t’enlace et qui te touche”. Panache est à écouter les yeux fermés. Une voix qui porte, qui transporte et qui fait danser ! Avec Pendentif, on ne tombe jamais dans la niaiserie, mais on frôle toujours avec légèreté cette naïveté des plus agréables de temps en temps. Avec Jerricane, je me sens comme obligée de danser quand je l’écoute (je redoute le moment où je l’écouterais dans le bus). C’est énergique et doux à la fois. Si vous ne deviez écouter qu’une chanson, c’est celle-ci ! Et volume sonore au max s’il-vous-plait. Pendentif, qui reprend le nom du groupe donc, est une belle évasion musicale qui résume bien le groupe. Les sonorités du début m’évoquent des groupes tels que Brothertiger, Summer Heart ou encore Work Drugs. God Save La France sonne comme un hymne. “J’ai quitté mon pays pour gagner l’élégance. J’ai perdu mon pari, God Save la France !”, chanté en chœur par Benoît et Cindy. Le voyage se termine avec La Nuit Dernière qui clôture (déjà !) l’album et nous ramène à la (moins douce, pour ne pas dire dure) réalité du quotidien…

Pendentif – Jerricane

Label: Discograph
Sortie: 24 septembre

Tracklist:

1. Riviera
2. Embrasse-moi
3. La Mafia Douce
4. Ondine
5. Panache
6. Boulevard du Crépuscule
7. Jerricane
8. 1er Juillet
9. Pendentif
10. God Save La France
11. Voltige
12. La Nuit Dernière

1 réponse sur « Pendentif – Mafia Douce »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *