Catégories
Chroniques Videos

Pamela Hute – Turtle Tales From Overseas

Sorti une première fois en 2009 en auto-production et tiré à tout juste 2000 exemplaires, Turtle Tales From Overseas nous revient comme il se doit, par la grande porte, avec un nouveau tracklisting à l’occasion de la signature de Pamela Hute sur le tout jeune label rock  Guess What,  sous le regard bienveillant de Tôt ou Tard ( Jeanne Cherhal, Peter Von Poehl, Yael Naim, Vincent Delerm …)

Mais qui est Pamela, cette jeune parisienne de 27 ans qui aime les vielles Fender est à la fois auteur, compositeur et interprète. Accompagnée par Igor au claviers et par Ernest à la batterie, elle est à l’origine d’une power-pop sombre et maîtrisée, subtil mélange d’influences assumées fait de culture grunge et d’électro.

Turtle Tales From Overseas débute, sur Hysterical, cyber-pop nerveuse très inspirée par la musique de Garbage, il y a d’ailleurs  dans la voix de Pamela un je ne sais quoi qui me rappelle ce détachement qui faisait le charme de Shirley Manson … Un tantinet angoissant, le titre annonce dores et déjà un univers en clair obscur …

Une Batterie métronomique, une guitare grunge aussi têtue que saturée (haaaa ma première pédale, une DS-1), My Dear est un morceaux qui ravivera de vieux souvenir dans le cœur des trentenaires !

Plongeant sans complexe dans l’univers solaire de No Doubt, le trio réussit avec Don’t help me, à donner à l’auditeur, le temps d’un morceau, l’impression de revivre à l’époque de Tragic Kingdom …

Avec Chocolat Soup, Pamela Hute, commence à prendre ses marques, les contours de son univers se précisent, et nous nous familiarisons petit à petit avec cette pop tout à la fois rageuse et  mélancolique. Et si Parachute s’efforce à de me donner tort avec ses sonorités « piano bar », ce ne serra qu’un interlude  car déjà le ciel se couvre, il y du vent dans nos cheveux et l’on renfile nos chandails.

A partir de là , de You call me Dear à Umbrella, Pamela n’aura de cesse de nous asséner de grands allez retours en mineur sur sa six cordes aussi vintage que ses lunettes, ponctuant l’ensemble de parties claviers tantôt rythmiques tantôt atmosphériques, le tout soutenu par une batterie rock, plus axée sur les toms que les cymbales.

Certains reprocherons à Turtle Tales From Overseas son approche feutrée et accessible, mais c’est aussi ce qui fait tout l’intérêt  de cet univers perpétuellement sous tension. Très inspirée par le rock des années 90, Pamela Hute à su tirer l’essence de cette glorieuse époque en faisant quelque chose de finalement de très féminin.

Label : Guess Whatt – Sortie : mai 2010

Ci dessous un remix des plus intéressants du titre « My Dear » par Sinjay …

5 réponses sur « Pamela Hute – Turtle Tales From Overseas »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *