Catégories
A la une Live reports

Festival – Garorock 2011 – Report Live

Et de Quinze ! L’édition 2011 du Garorock s’est achevée hier soir avec Crookers, M.A.N.D.Y et Shaolin Temple Defenders, une magnifique clôture sur les coups de 04h00 du matin (sans compter les after des professionnels et festivaliers désireux de prolonger ces trois jours jusqu’au petit matin du lundi).

Pour fêter l’anniversaire de ses quinze années d’existence le Garorock ne pouvait rêver meilleur week-end. Dès le jour 1, la ville de Marmande était illuminée d’un soleil radieux et animée par la bonne humeur des festivaliers. Comme vous pourrez le percevoir dans ce report Live, la qualité de cette édition tient pour beaucoup à l’énergie des artistes. Assister à un tel condensé de groupes souriants et scéniquement irréprochables est toujours un grand plaisir.

L’histoire commence pour Adn Sound avec My Own Private Alaska, un trio chant saturé/batterie/piano classique qui joue à 18h00 dans le Digitick, une heure particulièrement ingrate pour le groupe qui ne joue que devant une vingtaine de personnes sous un chapiteau à la capacité colossale. Et pourtant, Milka le chanteur du groupe ne se laisse pas abattre et décide de descendre de la scène pour venir chanter au milieu du peu d’entre nous. Une performance engagée et humaine qui a vu l’artiste sauter au dessus de la barrière de séparation pour nous livrer un chant brut et intimiste, un contact privilégié qu’une salle comble n’aurait pas permis d’engager. Pour la suite, la scène Pression Live accueille True Live, le Woodbrass le groupe Lazywall, et le Digitick King Charles. Les festivaliers se masseront finalement devant Morcheeba, le groupe britannique au trip-hop enivrant et groovy. Drapée dans une robe rouge la chanteuse nous emporte tous de son chant soul, de sa voix puissante et de son sourire indéfectible. A cette heure de la soirée beaucoup de festivaliers chantent, dansent lentement, semblent hypnotiser jusqu’à ce que la chanteuse nous invite à claquer des mains, et de là l’enthousiasme envahit la foule. Quant le show s’achève on réalise que la nuit est tombée et les festivaliers toujours en t-shirt partent en quête des trois groupes suivants : Abyssinians Vs The Congos, The Bewitched Hands et Clarks.

A 23h15, Apocalyptica démarre sur le Pression Live ! Un show de lumière bleue, de « fumée-brume » et de sons saturés. Les festivaliers, dont beaucoup de chevelus metalleux au premier rang, connaissent visiblement très bien les morceaux et les plus fans headbang au bon rythme. Même si l’acoustique n’est pas des meilleures la performance live est tellement bonne que les finlandais mettent tout le monde d’accord, « Le show scénique ça leur connaît ». Content et monté sur ressorts, le public n’attendait plus que LE groupe qui les ferait danser sans retenue, un groupe qui les regrouperait tous, et dans la joie et le reggae les unirait. C’est l’heure des marseillais de Massilia Sound System ! Il fallait y être, il fallait le vivre, tout le public dansait, une vague humaine d’énergie et de bonheur. Des slams sur la foule, des couples s’enlaçant, des inconnus se souriant et se saluant, l’ambiance était belle. Humainement parlant les MSS sont extraordinaires. Bavards, charmants avec leur accent du sud, les musiciens nous parlent toujours autant, nous invitent à danser ensemble, et surprise ! nous proposent de déguster un bon pastis pendant leur show. De jeunes femmes arrivent alors plateaux en main pour distribuer le divin breuvage aux chanceux premiers rangs. Un immense bonheur pour tout le chapiteau. Encore merci à eux.

Merci également à l’organisation de ne pas nous avoir forcé à choisir entre MSS et Dub Inc car les groupes ne se chevauchaient pas sur le planning. Avec Dub Inc, même schéma, de la joie et du bonheur sur tous les visages. Il est quasiment 03h00 du matin, mais allez se coucher ô grand jamais ! Avant High Tone programmé à 04h00, beaucoup en profitent pour manger. Danser donne horriblement faim et soif, surtout avec ces trois dernières heures de pur bonheur.

Enfin arrive High Tone, groupe le plus connu et apprécié du label Jarring Effects. La platine est installée, le public en attente, fiévreux, fatigué, impatient, heureux. Enfin ils sont là ! Les High Tone relèvent cette foule éprouvée et la fait danser sans effort. Cette review live vous montre que cette édition est une magnifique réussite, lancée par une première journée montée sur ressorts. Rendez-vous dans un an avec, on l’espère, une programmation toujours aussi représentative des musiques alternatives actuelles.

Chronique et Photos par Charlotte

2 réponses sur « Festival – Garorock 2011 – Report Live »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *