Catégories
Chroniques

Fada – La Caresse du Clown

Entre Slam et Jazz, entre vous et moi, un album tel que celui de FADA, entre SLAM et JAZZ, n’est pas vraiment la meilleure manière d’apprécier les 2 genres. Plus tourné vers du plutôt bon Slam que du pur Jazz, un album – La caresse du clown – difficile à apprécier dans la mesure où la qualité des deux univers entremélés ici ne sont pas exploités a leur juste potentiel …

Entre 12 morceaux, le groupe composé du Slammeur Marco Codjia et du groupe jazzy, nous propose un voyage en ascenseur, leur palette de couleur vire au monochrome, car les orchestrations n’étant pas très variées malgré leur richesse en instruments.

En toute sincérité, le phrasé et le poids des mots récité, lancé, via la grave et suave voix de Marco sont certes impactant mais absolument pas mis en valeur par la rythmique redondante des morceaux. On a l’impression que chaque musicien a joué SA partition sans fausse note mais sans alchimie avec le reste du groupe, et encore moins avec le parolier pourtant talentueux, même si le choix des thèmes et de ses métaphores laisse parfois un peu perplexe. En effet, on devine souvent la suite de ses vers et le jeu de son flow …

Entièrement orchestré d’une sonorité monotone et répétitive (cette trompette copier/coller sur tout les morceaux) ; la bande son rappelle celle du jeu vidéo mondialement connu : les SIMS. Les piano, batterie, saxo, basse… ne tirent ni leur épingle du jeu, ni les textes vers le haut.

Entretenir l’intérêt de l’auditeur semble parfois être contagieux pour le Slammeur qui s’aventure dans des histoires ou on en perd le sens et le fil, avec des citations parfois un peu faciles.

Un album, plutôt un concept qui navigue, perdu, entre ciel et terre. Entrebâillant une porte pour un futur projet facilement plus peaufiné et captivant. Pour un voyage, on l’espère plus lointain que ce dernier en ascenseur …

Myspace Fada

40 réponses sur « Fada – La Caresse du Clown »

Bonjour,
je préférerais écrire en privé à l’auteur de cet article, mais je ne trouve pas le moyen de le faire sur cette page.

Je suis le bassiste de Fada, et pose ici une question :
pourquoi avoir chroniqué cet album si :

1 : tu n’as aucune culture, visiblement, si en slam, ni en jazz.
Tu ne peux ainsi pas mesurer le travail, la recherche qu’il y a derrière une telle musique. Pire, tu ne respectes même pas ce travail, et avec un mépris certain, tu sous-entends que les musiciens ne sont pas investis par ce qu’ils jouent ici. Invraisemblable. De quel droit peux-tu écrire ainsi ?

2 : tu n’as pas bien écouté l’album. Tu parles par exemple de « trompette copier coller ». De quoi parles-tu ? Il n’y a aucune trompette sur ce disque !!!!!! Passons sur tes oreilles enfumées..

3 : tu ne connais pas l’adage « la critique est facile, l’art est difficle ». Notre démarche est justement de ne pas faire dans le gratuit, dans le facile, dans le tout-entendu. Désolé pour toi.
Donc si tu rentres pas dedans, tu passes ton chemin. Mais tu ne ne laisses pas une trace infamante sur internet, en constituant indirectement une promo néfaste et perfide de cet album. Tu connais la réalité des musiciens aujourd’hui ? Tu sais l’engagement qu’il faut pour faire un tel disque ? Tu sais que nous on y joue notre vie ?

Il faudrait sans doute rester froid, se dire qu’un tel article, à la limite, on s’en fout. Mais une critique aussi mauvaise, qui ne dit rien, qui n’a aucune référence, qui méprise les musiciens, mérite au moins un commentaire. On ne s’improvise pas journaliste mon ami.

Cher Benoit, je comprend ta réaction et je partage ton avis sur certain points mais c’est aussi le sacro-saint principe de la liberté de la presse.

Comme dis l’adage « on ne peut pas plaire à tout le monde » et c’est le risque qu’un artiste encours à être chroniqué …

Je suis confus si cela a put te blesser car ce n’était certainement pas le but d’Adrien …

La « presse », la vraie, celle dont tu défends la liberté, prends au moins le temps de contacter ses interlocuteurs… Mon soutien à Benoit.

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a eu du commentaire sur cette chronique comme quoi la critique apporte son lot de bonnes choses …

Ouais, joue la « profil bas » Williams. La ramène pas trop.
Vu le niveau de « journalisme » de ton collègue Adrien… (laisse-moi deviner, il sort d’une école de journalisme d’Alger, Kandahar, Rangoon ?!).

… »des demies vérités à des demi-gens »…

En fait, c’est presque drôle.
Bon évidemment, pathétiquement drôle. Le coup de la trompette, c’est que du bonheur, une cuistrerie d’un tel niveau, je ne croyais en voir que dans les pages cultures de France-Soir.
Changez rien les gars.

Sympa le commentaire de Laura. Stupide, raciste et inutile. Merci de garder vos commentaires (illégaux)de rageux pour vous.

Tranquillise-toi Fanny ce n’est pas du racisme. Tu sais bien que dans ces pays il y a pas de journalisme comme on l’entend chez nous… (malheureusement).
Et d’un point de vue factuel, le papier d’Adrien n’est pas du journalisme (d’où le petit jeu de mot).

Et si tu veux vraiment avoir mon avis maintenant sur le contenu de l’album, je peux te le dire. Et tu seras étonnée car je ne pense pas qu’il s’agisse d’un chef-d’oeuvre. Je pense que le résultat final est perfectible (même si tu l’avais compris j’adhère globalement au projet).

Mais de là à se permettre de « latter », excuse-moi du terme comme le fait Adrien, sous couvert de « liberté de la presse », alors qu’il n’écrit pas le français, c’est difficile à encaisser.

J’ai tendance à rester de marbre mais je pense qu’il m’incombe de réagir. Pour plusieurs raisons … qu’un article soit positif ou négatif, bien ou mal écrit, il me paraît totalement incongru de régir de cette manière … cela concerne les membres du groupe comme les amis du groupe … il ne faut pas confondre droit de réponse et méchanceté.

Je me suis efforcé jusque là de ne rien dire, j’ai été courtois avec tout le monde, essayer d’arranger les choses avec les artistes … ce qui ne correspond pas d’ailleurs au bon fonctionnement journalistique … mais je suis bien élevé et j’aime à relever le niveau … seulement il me semble qu’il est tombé bien trop bas.

En premier lieu, J’aimerais vous rappeler le fondement d’un webzine, ce sont des BENEVOLES qui prennent de leur temps vous communiquer leur impressions avec enthousiasme. Cher ou Chère « Laura », tu parle de journalisme, soit. Nous préférons l’appellation « chroniqueur » car nous ne sommes pas de ceux qui jasent de leur activité. Si vous n’avez pas aimé la plume d’Adrien peu m’importe et peu l’importe, que vous critiquiez son niveau d’écriture me fait sortir hors de mes gonds et il s’en est fallut de peu pour que cet article soit retiré de la circulation. Mais comme le soulevait Benoît, le travail d’artiste est métier difficile et celui d’un label l’est tout autant, alors cet article restera en ligne en respect pour ces derniers.

Secondement, mon cher ou ma chère « Laura » encore une fois et je m’en excuse mais je m’adresse directement à toi, que tu réagisse à mes remarques j’en convient mais tu omette les règle fondamentales de courtoisie, c’est encore autre chose … d’une part, je ne te permets pas de tenir des propos tels que « La ramène pas trop ». D’autre part même si tu as tenté maladroitement de t’expliquer quelques lignes plus haut, nous avons tous été outré par tes propos. les journalistes d’Alger, de Kandahar, de Rangoon, sont tout aussi bien formés qu’ailleurs ils n’ont tout simplement pas les mêmes risques que nous à encourir, et si tu parle du niveau de français tache de t’appliquer dans tes posts.

Bien à vous tous !

Williams – Président de l’association ADN Sound

la chronique est hyper light vis à vis de la qualité proposée.
le disque est à chier, du sous abd el malik pour jazzeux de supermarché.
et en plus c’est joué par des mecs bileux qui partent au quart de tour pour une faute de frappe dans une chronique d’un webzine.
chapeau les gars.
changez rien.

En effet, musique et slam passent, mais les deux ensemble ne collent pas.

Par contre si vous en êtes à vous prendre la tête avec un webzine, vous n’êtes pas arrivés. Au mieux tout le monde va vous tomber sur le coin de la gueule.

A votre place, j’aurai plutôt demandé à ce qu’un lien soit mis vers un site qui permette d’écouter (votre myspace par exemple) afin que tout le monde puisse juger.

Mais bon, ça ne changera pas grand chose à votre album.

@Benoît Lugué dit : « la critique est facile, l’art est difficle ». et donc ce que tu fais sur la chronique, c’est pas une critique facile voir carrement une attaque gratuite ?

Une chronique est forcement subjectif sinon ce serais juste de la pub gratos et sans fond et pour le coup fallais pas faire du slam jazz mais la star ac !

Une critique négative est une critique constructive !

Dire quand on aime pas un truc et ici un groupe ça se nomme la liberté d’expression, bizarre que pour un musicien ou amateur de musique tu ne le sache pas !

Et si tu supporte pas la critique même negative et que tu choisis un metier artistique; tu as, je l’espere, un moral d’acier !

La musique de Fada n’est pas une musique facile: C’est comme le bon vin, il faut prendre son temps pour pleinement l’apprécier, lui accorder toute son attention (et c’est meilleur en live). Perso, je ne m’aventurerais pas à chroniquer ce CD avant au moins 2-3 écoutes attentatives et approfondies.

Le seul point sur lequel je suis d’accord, c’est le manque d’alchimie. Elle est difficile à trouver, mais ca fonctionne mieux en live. Ceci dit, le commentaire sur les « orchestrations monochordes » est un peu irréfléchi, parce que c’est nécessaire d’être sobre dans les orchestrations pour pouvoir combiner avec l’austérité du slam…

Ce qui me surprend le plus, c’est que « on devine souvent la suite de ses vers » (sic!), mais qu’en même temps Marco « s’aventure dans des histoires ou on en perd le sens et le fil » (ce qui n’est pas faux, mais c’est la magie du slam). Là je cherche la logique, quand même!

Enfin bref… je ne vais pas revenir sur les débats journaliste/respect des artistes, etc. J’espère seulement que ca ne va plomber un groupe original et méritant, qui cherche des voies nouvelles et a beaucoup plus de qualités que ne le laisse entendre cette critique.

Me fait super chier ce disque. Beaucoup trop de basson.
Moi de toute manière, le basson, à part dans Jay-Z…
Allez les Bleus !

Je me permet de réagir aussi bien à la chronique qu’aux différents commentaires. Après avoir écouté le Myspace de FADE je trouve la chronique plutôt sympa car réellement ce n’est pas une réussite, ça manque de cohérence à mon goût. Au final le résultat est plutôt décevant.
Pour ce qui est des commentaires des membres du groupe et de leurs amis, je trouve cela décevant. Je cite Benoît « la critique est facile, l’art est difficle » et cela doit t’il permettre aux artistes de ne pas se remettre en question ? C’est à mon avis le meilleur moyen de ne pas progresser.

Ce n’est jamais facile d’être soumis à la critique mais la bonne réaction et de prendre en compte, expliquer ses choix et non de crier aux scandales.

Puisque les citations ont l’air de plaire méditez celle-ci: « Cent fois sur le métier remets ton ouvrage… »

putain j’avais pas vu le titre.
« la caresse du clown » nan mais sérieux…
un peu de dignité messieurs.

le mot clown devrait etre banni définitivement de la surface terrestre.
tout comme le métier de clown d’ailleurs.

Bon bon bon,

les branlos de la jactade!
Le mec de ADN a fait une critique. Qu elle soit bonne ou mauvaise elle est ce qu’elle est.

Sa critique, qui je pense est des plus objective, m’a permis pour ma part d’écouter ce disque alors que sinon jamais ô jamais je n’aurai porter l’oreille la dessus…..
J’aurai peut être pas du….
….je me sens mal maintenant….

Surtout a lire les commentaires des membres du groupe non mais oh…!!!

Le silence est parfois beaucoup plus enrichissant!

« La caresse DES Clowns » auraient été plus appropriés!
Clownesques cette discussion de Bozzo!

N’oublions pas que « la liberté d’expression ne s’use que si on ne s’en sert pas ! »
et pour joindre le site, il y aune rubrique « Contact »..
ce billet aura eu le mérité de vous faire connaître à certains personnes ( dont moi ) qui n’avait jamais entendu parler de vous !
Après, il faut pas s’énerver pour si peu, les critiques de Rolling Stones, de RockFolk, des Inrockuptibles sont bien plus virulentes parfois…

Y a un rapport avec Ace Atkins pour le « dirty south » ? (Si c’est le cas, Respect, mec, parce que c’est un putain de bon bouquin « Dirty south » – et un putain d’auteur aussi Ace…)
Enfin un mec qui semble avoir lu un livre sur ce blog. Vais reprendre espoir.

Sinon y paraît que le dernier Renan Luce déchire, « M » c’est vraiment de la balle et Vincent Delerm c’est super bien (la barbe tout ça….).

Qu’on parle de vous en bien ou en mal peu importe du moment qu’on en parle !

S’en cette article que vous avez mal prit, j’aurai j

jamais entendu parler de ce groupe.

Désolé j’post en 2 messages ca a envoyer ma reponse avant que j’n’ai fini.

Yop,
vient de faire un tour sur le myspace, plutôt chiant…
insupportable ces groupes qui ne mettent que des extraits de titres…

full support aux webzines, les premiers à soutenir les groupes de l’ombre ! Si ces derniers viennent les poignarder dans le dos il faut leurs fouetter les couilles avec du chardons !
J’ai dit.

Un bon ramassis de conneries tout ça…
Déclenché par un mec qui doute vraiment de rien pour se permettre de critiquer une chronique sur son propre groupe… Faut apprendre à encaisser un peu quand même, surtout que ça ne reste que son simple avis de chroniqueur webzine… Je me passerai d’ailleurs d’exprimer le mien…
Comme dis Dirty South, mieux vaut parfois fermer sa gueule, c’est souvent plus constructif.

Bon bah moi je suis plutôt amateur généralement de Fada. Pas eu la chance d’écouter le nouvel album (mais vu le débat, il me tarde !)
Me rappelle juste que sur le premier opus qui manquait singulièrement de finition sur la prod, mais il y a avait quelques pépites quand même. Je n’en citerais qu’un « leur » fameux ‘Toussaint’. Morceau étendard. Morceau qui te redonne parfois des raisons de pas baisser les bras.
C’était un morceau sur leur ville Bordeaux, Toussaint Louverture et un pays qu’on appelle Haïti. Pas d’opportunisme mal placé, ça a été écrit il y a un certain temps. Montrait un peu ce qu’ils défendaient ces petits gars. Quand on voit tous ces blaireaux depuis un mois qui font semblant de s’intéresser un peu à ce qu’il se passe là-bas, qui ont fait leur gala de charité et qui oublieront aussi vite où se trouve ce pays sur la carte.
Voilà, bon, il faut attendre et écouter cette « caresse du clown », mais il faut remettre un peu dans le contexte aussi. Dans le passé ça a été un groupe courageux, qui a pas fait dans la facilité certes, mais c’est aussi ça qu’on aime (quand il faut rentrer dans la matière).

Marrant moi je trouve qu’il y a une certaine similitude entre Fada et Rocé dans le propos, l’attitude (notamment sur scène), la prise de risque, l’envie de changer un peu les choses (à tout niveau).

Promis, je remet un post dès que j’ai eu la chance d’entendre le nouveau diks !

euhhh, Il me semble que des propos racistes résident en ce blog…
Qui est a l’origine de cet infamie ?

Superman serait il un hero blanc pour les blancs ?

Propos laissés pour l’exemple, c’est important de montrer combien il est facile de glisser sur la mauvaise pente … Désolé Riot 🙂

Il y a vraiment des commentaires qui sortent de derrière les fagaux!
Comme disent les wallons, c’est un peu fade comme un sexe d’ours!

Ce n’est pas de la solidarité de base entre chroniqueurs, mais Adrien ne « latte » pas le groupe, après lecture, sa chronique est même encourageante et constructive!

C’est dommage de réagir aussi violemment contre des personnes qui sont quelque part au service des groupes de musique. Un lien figure à la fin de la chronique et permet à chacun de se faire sa propre opinion.

Quand à la critique de Laura, désolée d’enfoncer le clou, c’est à gerber, et son explication vaseuse encore plus…

Dans le même esprit et en beaucoup mieux il y a le groupe « Happy Apple », du très bon jazz pour le coup avec de temps à autre des parties vocales slamée …

Pas classe l’histoire des propos racistes, je ne te félicite pas Laura …

J’ai écouté…30 secondes mais je ne pouvais pas plus.
Sans parler d’aimer ou pas ce style, on peut pas dire que le truc soit super bien mixé / produit.
Les sons ne collent pas avec le slam, on a l’impression effectivement que chacun a fait son truc dans son ptit coin et pof, on colle tout ensemble. Enfin bref, je n’aime pas plus que ça.

J’aurais sûrement jamais été écoutée si je n’avais pas lu les réactions suite à cette critique.

Et c’est un gros LOL que j’écris après avoir lu ça :
« Donc si tu rentres pas dedans, tu passes ton chemin. Mais tu ne ne laisses pas une trace infamante sur internet, en constituant indirectement une promo néfaste et perfide de cet album. Tu connais la réalité des musiciens aujourd’hui ? Tu sais l’engagement qu’il faut pour faire un tel disque ? Tu sais que nous on y joue notre vie ? »

Croyez-vous que les média, peu importe leur forme, sont là pour ne dire que du bien des artistes ?
Critique négative ou positive, chacun est libre d’écrire ce qu’il veut, tout en amenant les arguments pour justifier ou éclaircir sa pensée.

Et le lecteur ira ou non écouter et/ou acheter l’album.
C’est pas parce qu’un chroniqueur / journaliste encense un album que tous se précipiteront pour l’acheter.
Et, au contraire, c’est pas une critique négative qui empêcheront des gens d’écouter et acheter un album.

Quant à la réalité des musiciens …; et l’engagement… ; et le jeu de la vie …, on en est tous conscients actuellement, dans la sphère indé en tout cas. Mais on ne vous a pas poussé à partir dans cette voie-là.
Ne vient donc pas culpabiliser un chroniqueur qui a au moins l’envie de jeter une oreille sur votre album et qui l’a chroniqué.
Parce que d’autres aurait pu passer leur chemin et ne pas du tout parlé de votre album.
Peu importe la critique, elle fait avancer.

Pour finir, les propos de Laura sont complètement inutiles : à part te discréditer ainsi que le groupe puisque tu viens le défendre, tu n’apportes rien au débat qui pourrait être construit autour d’un échange de points de vus…
La bêtise humaine est décidément partout…

Je suis tombé sur ta chronique un peu par hasard et, en lisant la réaction du bassiste, je me dis que je n’ai plus de scrupules à avoir quant à la mienne du même album sur mon site.

Bravo, heureusement que, contrairement à la presse musicale papier, on peut encore commenter en toute indépendance sur le net.

Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *