Catégories
A la une Chroniques

Amon Tobin – Isam

Une fois de plus il semble que patience soit mère de vertu car après trois ans et demi d’attente, Amon Tobin est enfin de retour avec Isam, son sixième album studio prévu pour la fin mai.

A l’instar d’artistes tels qu’Aphex twin, EZ3kiel ou le duo Boards of Canada, Amon Tobin fait partit de ces aventuriers sonores qui chacun à leur manière ont donné à la scène électronique ses lettres de noblesse. Évoluant d’album en album, Tobin n’a eu de cesse de perfectionner son art du pointillisme. Tout à la fois bruitiste et musicien, il capture depuis bientôt 15 ans les petits sons de notre quotidiens pour reconstruire un univers tortueux à l’esthétique raffinée. Une patte si particulière qu’on en mesure aujourd’hui l’influence considérable dans le  travail de  talentueux producteurs comme Eskmo (avec lequel il collabore depuis déjà longtemps) ou encore Lorn.

Puisant jadis dans le jazz la folie des structures et la beauté des thèmes, Tobin s’est progressivement concentré sur l’échantillonnage de sons. C’est ainsi que le mélancolique Easy Muffin (1997) à fait place quelques années plus tard à des titres aux sonorités plus industrielles comme cet épileptique Chronic tronic (2002). Mais ce qui a jusque là toujours fais la force du personnage tient dans le fait qu’il ai su conserver un équilibre dans ses compositions de sorte à ce qu’il y ait toujours pour l’oreille un thème auquel se raccrocher, The Killer’s Vanilla (2007), étant un parfait exemple de ce mariage entre l’accessible et l’abstrait.

Amon Tobin nous présente donc aujourd’hui Isam qui constitue un aboutissement de ses recherches chirurgico-musicales, ce nouvel opus tenant un peu plus du laboratoire que de l’auditorium … En effet, comme le démontre la vidéo à la fin de cette chronique, Tobin a voulu pousser le concept de l’échantillonnage à son paroxysme, privilégiant pour le coup la forme au fond. En résulte des équations sonores compliquées comme les très expérimentaux Piece of Paper, Surge ou encore Mass & Spring qui s’ils constituent en soit une prouesse technique, reste malheureusement inaccessibles pour nombre d’entre nous.

Isam n’en recèle pas moins de pépites tel que le japonisant Lost & Found, Kabuki digital emprunt d’un onirisme puissant ou Kitty Cat avec ses sonorités d’orgues ancien.

Mais comme rien ne vaut l’expérience personnelle, en particulier dans ce type de cas de figure, je vous propose de vous faire votre propre idée de cet album concept grâce au player Soundcloud ci dessous, commenté au fur et à mesure par le docteur Amon Tobin en personne …

Label  : Ninja Tune – Sortie : Mai 2011

Et pour les technicien voici le making of d’Isam

 

2 réponses sur « Amon Tobin – Isam »

Belle chronique ! et drôle de hasard j’ai écouté beaucoup d’Amon Tobin depuis une semaine, mais je ne savais pas que le nouvel album approchait. Je vais pouvoir l’écouter tout bientôt, c’est parfait ça 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *