Catégories
Chroniques

Stateless – Matilda

C’est avec une certaine appréhension que je me décide à commencer ma première chronique musicale. Non pas seulement du fait que je débute en la matière, mais aussi, car ce n’est pas la dernière daube du premier venu qui m’ait été proposé. En effet, c’est avec Stateless que j’entreprends de faire mes premières armes. Face à cette machine de guerre de Ninja Tune, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Armé de mon casque, posé sur les oreilles, je me prépare pourtant à attaquer de front son dernier album … Matilda.

Son premier titre, Curtain Call; pose d’emblée l’atmosphère de tout cet opus. Quelques battements de coeur, le cri lointain des samplers près à surgir de la brume. Une brume magique, sombre et angoissante, qui ne cesse de s’étendre. Une voix langoureuse et trainante. Suivi de quelques notes de piano. Voila ce que l’on pourrait qualifier d’une intro de qualité.

Le reste du titre, est du même registre. S’enchainent des moments plutôt calmes, où Chris James assombrit l’horizon par sa voix si particulière; et des instants de tempêtes, turbulents et violents; Où la batterie et les samplers sont mit en avant.  Notons que le travail de composition est assez remarquable. Et va se ressentir à l’instar dans une grande partie du reste de l’album.

S’en suit le single. Ariel. Un titre à l’accent oriental. Et où les sons électroniques se glissent dans un ensemble qui oscille encore une fois entre le calme et l’agitation. Pour ce qui est des remix, ceux Rustie Resmak et Dark Sky sont de bonne qualités. Mais s’éloignent de l’aspect oriental et onirique du titre original. Un travail intéressant du son est tout de même à remarquer.  Midland’s inflight quand à lui, transporte Ariel dans le registre du Down Tempo. Le résultat est loin d’être désagréable. Bien que l’ambiance initiale ait totalement disparue. ( ce qui, à mon goût; formait l’attrait principal d’Arial. ). Miles To Go et Visions sont quant à eux, de bons titres. Bien que de construction plus simplistes, et moins originaux.  Assasins, vient donner un petit coup de punch à l’ensemble qui commençait à s’enliser. Le rythme accélère. Guidé par James Sturdy et sa batterie, pour finir dans une entrainante apothéose.

Avec Red Ocean, Stateless nous prend à contre-pied. Après la tempête précédente, place au calme et à la douceur d’une courte entracte instrumentale à l’atmosphère planante. Un titre qui pourrait bien figuré sur un album post rock.

I’m on the fire reste dans un ton similaire. Bien que plus épuré et minimaliste au niveau instrumental. Le navire vogue maintenant en eau calme, sous une nuit étoilée. Shara Worden ( My Brightest Diamond ) , venant faire duo au chant avec James, oriente le tout dans un agréable lyrisme.

Ballade of  NGB, au grand renfort de violons. Accélère le tempo. Un très bon titre, emprunt lui aussi d’une petit touche mystique. Le rythme et le refrain sont entrainant au possible. Un ensemble efficace, transcendant. Malheureusement peut-être un peu court …

Song For The Outsider, mérite une ovation pour sa composition. Peut-être le titre le plus riche de l’album. A écouter absolument ! Junior, à coté, est complétement anecdotique. L’accent est mit sur la performance vocale. Plutôt bonne. Mais, on a tout de même l’impression qu’il s’agit avant tout de meubler. Dommage …

Le dernier titre, I Shall Not Complain; heureusement rattrape cette mauvaise impression. La magie de Stateless et de retour. Composition riche, enchainement de phases à différents rythmes. Superposition de sons, ne rentrant jamais dans une cacophonie. L’album ce clôt par les mêmes lamentations que dans l’intro. La boucle est bouclée. Nous voilà à bon port …

Malgré ses quelques défauts, l’album se démarque essentiellement par son ambiance particulière. Maltida offre une épopée dépaysante. Une Odyssée exotique. Où se sent tout du long une atmosphère mystique. Sombre et surréaliste. Formant un voyage fantastique dans un ténébreux  rêve musical.

Label : Ninja Tune – Sortie : Février 2011

Article Réalisé par Kevin Staderoli

5 réponses sur « Stateless – Matilda »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *