Catégories
Live reports

Soirée Custom – Fortune Live – Nouveau Casino – Mars 2010

Organisée chaque mois à l’initiative bienheureuse des Inrockuptibles, les soirées Custom font office de laboratoire sonore pour les curieux du son. Voilà déjà plus de trois ans que les baroudeurs de tous poils y trouvent leur compte en découvrant des artistes qui feront peut-être les charts de demain. Au menu de la soirée du 25 Mars, nous avons eu droit à un trio pour le moins éclectique composé de la tête d’affiche Fortune, du groupe Erevan Tusk et de 49 Swimming Pools … Trois bonnes heures de live plus loin ça discutait musique sur le trottoir …

C’est aux américains d’Erevan Tusk d’ouvrir le bal, l’occasion pour eux de confronter les titres de leur premier EP au public parisien. Du genre à mélanger les influences, la musique du Quintet, emprunte autant au rock et à la country-folk des années 70 qu’à des formations plus récentes … en résulte un son rodé un peu vécu soutenu par une voix teinté de pop … si la sauce prend pour la plupart des spectateurs, ce n’est pas notre cas … plutôt grand-public donc … mais il en faut pour tout le monde !

Pop vous avez dis pop … c’est bien de pop dont il est question, celle des Beatles ou celle de Love, telles sont les sonorités qui habillent l’univers du trio français 49 Swimming Pools. Un drôle de mélange que cette musique toute en rondeur et cette voix aux notes plaintives à la Billy Corgan … 3 petits quart d’heures et puis s’en vont … le public est tout doux tout choux … près pour l’électrochoc !

Les lumières s’éteignent et  la salle s’électrise, il y a du gimmick dans l’air ! Fortune se lance sur « Gimme« , l’ambiance est bonne , « Celebrate » à un goût de Jackson, le ton monte …  Les souvenirs remontent, c’était il y a un an, c’est l’heure de « Bully » et la salle explose … Ils pousseront le vice jusqu’au clubbing  avec « At Night » … Presque une heure de concert plus loin et Bully pour la seconde fois devant une salle hystérique, le quatuor débranche ses instruments eux même comme si de rien …

Comme dirais l’autre on y était !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *