Catégories
Chroniques

Le Jazz et la Diva – Opus II

lejazzetladiva-opus-ii

Le CD Le Jazz et la Diva Opus II est déjà sorti depuis quelques mois sous le label AMES et fait office de trace musicale du spectacle. Pour avoir vu le spectacle et écouter le CD séparément, il apparait pertinemment qu’une double chronique Live/CD est plus enrichissante. Il serait dommage de se priver de la mise en scène tout autour des morceaux musicaux.

Le Jazz et la Diva Opus II, ça s’apparente à un remake de La Belle et la Bête. Dans le rôle de la Belle, la soprano Caroline Casadesus, dans le rôle de la Bête très imagée ; seulement si l’on donne au jazz un côté plus rustre que la délicatesse du chant lyrique ; Didier Lockwood et son violon, tout en démonstration de ses nombreux talents. Viennent ensuite se greffer les deux fistons : David Enhco, principalement à la basse et à la trompette et Thomas Enhco, au piano.

Le Jazz et la Diva Opus II, ce n’est plus qu’une classique scène de ménage, c’est une affaire de famille. Chacun s’essaye tour à tour dans son style musical et tente de convaincre la nouvelle et future génération du tempo à adopter.

Si vous n’avez jamais entendu une chanteuse lyrique, ni assisté à un concert de jazz, c’est idéal pour vous initier à ces deux univers musicaux sans craindre de vous ennuyer sur la longueur, car la représentation dure entre 1h15 et 1h30 et se veut volontairement rythmée, et pas que simplement par le groove de l’univers jazzy du ‘camp Lockwood’. La beauté pure du chant lyrique qui vous fait planer s’alterne avec la rapidité des accords de jazz-électrique qui vous remuent, et se mélangent tous deux pour une harmonie musicale classique, jazz, électro, tango, blues, musique du monde et même rap.

Vous apprécierez la démonstration de talent de monsieur Lockwood, fils spirituel de Stéphane Grappelli, et vous laisserez emporter par l’émotion au son de la voix de Caroline Casadesus, ceci entrecoupé d’une intrigue à rebondissements. De plus, il s’agit d’une famille recomposée qui fonctionne sur scène, et dans la vie de tous les jours.

C’est aussi ça que vous propose Le Jazz et la Diva Opus II, une harmonie et une entente parfaite entre un maitre du violon et sa belle-famille. Vraiment touchant. Il faut vivre avec son temps. Les deux fils de Caroline n’en ont pas perdu d’ailleurs.
Lorsqu’un homme issu d’une famille d’artistes et une femme issue d’une grande famille d’artistes décident de fonder une nouvelle famille, ils perpétuent la transmission de leur héritage en le diversifiant, et de fort belle manière, les deux fils sont tous deux également impressionnants, seuls ou en accompagnement.

L’Opus I fut Molière du meilleur spectacle musical en 2006, on attend aussi bien de ce second opus.
Le spectacle est à voir sur la scène de la Gaité Montparnasse, à Paris, en prolongation depuis le 31 janvier jusqu’au 11 mai 2009, alors profitez-en. Il sera ensuite en tournée dans toute la France.

A ne pas rater aussi, le rap de Caroline …

Label :  AMES / Sortie  : 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *