Catégories
Chroniques

CharlÉlie – Fort Rêveur

CharlÉlie, est issu du « multisme« , ce courant de pensé qui revendique la pluridisciplinarité comme moyen d’expression pour un artiste. CharlÉlie en est, en France, la référence notoire. C’est dire combien, en abordant sa musique, il ne faut pas s’arrêter à un seul tenant… Celui qui nous vient d’ici mais vie aussi de l’ailleurs – en exil volontaire à New-York depuis 2004 – rentre avec, dans sa valise, un troisième album made in N-Y à la française. Nom symbolique de ce dernier LP « Fort Rêveur« .

Première tentative, Fort-Rêveur est d’abord enregistré en France avant que CharlÉlie décide de passer la dernière patine sous les conseils avisés du très en vogue producteur Sean Flora (The Black Keys, Franz Ferdinand…). Il en résulte un rock plus authentique, moi altéré par le décalage Outre-Atlantique d’une idée du rock plutôt « pré-conçue ».

Musique teintée donc de rock, d’arrangements et des battements de coeur de New-York, cet album a deux univers… pour deux cultures. Un rock américain pour un verbe français. Un détail sans doute pour certains, mais à bien s’y arrêter cela reste assez surprenant pour un artiste, qui vie en partie dans un pays anglophone, de composer en français, alors que globalement la scène hexagonale s’exprime davantage en anglais aujourd’hui…

Fidèle à lui-même, CharlÉlie manie une nouvelle fois la musique comme il peint une chanson. Pour marier la polyvalence il manipule ainsi les mots comme il étend la matière sur une toile. Sens de l’illustration, il compose les paysages visuels de ses sonorités. À l’écoute de l’album, cette mécanique s’enclenche instantanément. Par petite touche, il raconte l’amour zébré « Le phénix« , l’impact anthropique sur une nature fragile « Les ours blancs« , répond au mail d’une mère désespérée devant la souffrance de sa fille devenue anorexique « Si légère« , évoque l’immigration « Nés trop loin« , l’introspection « Entre les lignes« , l’ambivalence humaine. Un ensemble de notions parfois complexes que l’artiste rend plus aquarelles par sa touche musicale.

Ce dernier album s’inscrit également dans une continuité inattendue. Contre-sens? Parcours classique que l’inattendu pour un artiste! Pas si sûre. Créer avec l’énergie de son temps, il remodèle le support cd pour un regard nouveau du support. Ainsi, plutôt que la critique, il choisit l’action avec une pré-sortie d’album vendu en ligne de novembre 2010 à ce mois de février. De quoi faire la leçon aux majors. CharlÉlie s’est amusé à réviser le packaging du boîtier Cd. « Pour les maisons de disques, un tel projet étant financièrement impossible à gérer. Le Cd devait coûter 24 euros à la sortie. Nous, on l’a réalisé et vendu 6 euros via un site de vente en ligne ». Bel objet en forme de trompe l’oeil, Fort Rêveur-collector se place entre le vinyle et le cd. Soit un format assez grand pour y introduire des visuels et raconter l’histoire de cette nouvelle création. Une nourriture pour l’ouïe, la vue ou encore le toucher.

Pas de regain nostalgique. Il voit simplement le support Cd comme un défi à renouveler dans une industrie musicale trop formatée. Rien ne s’oppose plus à la création que le boîtier Cd. Une musique physique qui ne s’exprime plus aujourd’hui que sous la forme de « carrés ». « Pas étonnant que les gens ne s’intéressent plus à ce type de support. Ces albums ne racontent plus rien visuellement »…et c’est le plasticien qui parle là.

Autre sens …? L’hexagone reconnaît, en effet davantage l’artiste comme chanteur alors qu’il forme un tout artistique, le multisme justement : plasticien, poète, écrivain, compositeur, les adjectifs ne manquent pas pour parler de CharlÉlie autrefois accompagné du patronyme Couture. Dans cet opus, format Vin-D (Vinyle-Cd) il exprimes une nouvelle fois la voix de formats peu probable dans un monde au caractère devenu formaté.

Depuis quelques semaines son visage recouvre les murs de l’Underground parisien. Cet optimiste partage ses rêves et traduit un état d’esprit sous forme de chansons populaires. De cet album comme de l’interview, il en reste la simplicité transparente d’un homme accessible… Dans sa musique ou dans son oeuvre, à vous de voir comment vous voulez l’entendre!

CharlÉlie – Fort Rêveur, EMI, sortie février 2011.

En tournée dans toute la France à partir du 18 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *