Catégories
Chroniques Videos

Two Fingers

twofingersalbum

Fin mars coïncide avec l’arrivée dans les bacs d’un objet musical non identifié : « Two Fingers » ; le brésilien Amon Tobin et Joe « Doubleclick »Chapman.
On pourrait même le renommer Three Fingers, tant la présence du rappeur anglais Sway est importante ; oh, et puis, soyons fous ! ; Five Fingers, avec les featurings de Cecile et Ms Jade, cela nous donne donc une main, qui nous met une belle claque dans la figure, pour rester poli.

Ils s’en sont donné à cœur joie dans l’exploitation des samples d’instruments, de bruitages et autres bizarreries, créant un univers à la fois sombre (voire inquiétant) et attirant.

Comment rester de marbre à l’écoute de « Straw Men », où l’alchimie entre les diverses sonorités, le beat d’accompagnement et le flow sautillant de Sway, est quasi parfaite.

Comment ne pas se laisser envouter par la sirène Ms Jade, et son invitation dans son sous- marin (référence au sonar, et pas autre chose…), dans « Better Get That ».

Comment ne pas se faire entrainer dans le sprint musico-vocal de « That Girl ».

Toujours pas convaincus ?

Comment ne pas se laisser gagner par la fièvre ragga transmise par Cecile sur « Bad Girl », où ils se sont adaptés au style dancehall tout en gardant leur marque de fabrique.

Ou encore, comment ne pas céder à l’invitation à ce voyage, dans un souk aux épices, de Delhi ou Alep, dans « Jewels and Gems », titre aux parfums d’Orient.

En plus des morceaux chantés, l’album contient deux instrus : « Keman Rythm », un mélange d’ambiance arabo-andalouse et d’électro façon Prodigy (amusez vous à essayer de rapper dessus…dur ! dur !) ; et « Moth Rythm » où ils font visiblement appel aux extras-terrestre (c’était pas les champignons rouges qu’il fallait manger bon sang !).

Le problème dans ce méli mélo, c’est le manque de rythme qui peut pousser parfois à l’ennui. Les beats de base sont les plus dépouillés possible pour mettre en valeur les ajouts, d’où l’effet pervers de nous faire apprécier l’incontestable créativité et originalité des productions ; et à la fois de nous laisser sur notre faim quant à l’assemblage global des titres. On aurait aimé plus de basses, de percussions.

Quoiqu’il en soit, ce disque est indéniablement captivant, certainement bon, mais peut être un peu inachevé.

Label : Big Dada / Sortie : Mars 2009

http://www.youtube.com/watch?v=ajMP1tBh9EE

3 réponses sur « Two Fingers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *