Catégories
Chroniques

The Name – Numbers & Facts

Un groupe qui a signé la musique du court métrage « Bref je suis allé au resto avec cette fille » bénéficie déjà pour moi d’un capital sympathie.

The Name, avec Numbers & Facts, combine les rêveries synthétiques des années 80 (pensez OMD, Human League) avec certains paysages industriels plus menaçants et angoissants (premier album de Nine Inch Nails, Front Line Assembly) et un bon vieux funk synthétique, chanté par de brillantes et félines voix féminines.

Des séquenceurs pour monter en neige une base rythmique, le plus souvent à la fois rapide et mélodique, puis des arabesques de claviers analogiques pour énoncer le thème, zoomer sur une vision de piste de danse au cœur d’un quartier post industriel.

Voilà donc le savoir faire et l’inspiration d’un The Name qui connait la musique pour rendre sexy ses bip bips, ils maitrisent apparemment toutes les petites astuces du genre pour éviter que le répétitif ne devienne dormitif. J’avais été fort déçu par le dernier album de M83, comme si Michel Ange s’était mis à peindre au rouleau, une vraie cataracte sonore avec des chœurs partout. Parfois aussi The Name peint exactement dans les cases prévues à cet effet, comme dans mes vieux journaux pour enfants (Hunt Down, Silent Terror).

Au final, ce Numbers & Facts comporte juste ce qu’il faut de morceaux de bravoure (Distance avec Christine and the Queens, Neon Lights) pour assurer l’essentiel, Air et Daft Punk peuvent bronzer tranquillement sur la plage cet été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *