Catégories
Chroniques

The Broken Orchestra – Shibui

Prévu pour le 23 octobre prochain et édité par le label quebecois  Phonosaurus Records (fondé en 2012 par Nico and Maël du groupe  Berry Weight), Shibui est le premier album de The Broken Orchestra, formation composée des deux producteurs Pat Dooner et Carl Conway-Davis autour desquels gravitent interprètes et musiciens partageant une passion commune pour le  Trip-hop.

Trip-hop, nom masculin définissant un mouvement musical né au début des années 90 dans la ville de Bristol et basé sur un mélange de multiples cultures tells que lee jazz, la soul, le Hip-Hop le rock ou encore le Dub … voilà pour la définition mais qu’en est t-il aujourd’hui ? Force est de constater qu’avec les changements de directions sonores ou artistiques, le mouvement a perdu de son aura chaleureuse pour laisser place à d’autres plus pointus tels que l’électronica ou le dubstep avec une nette percée de la scène américaine, notamment grâce au travail du label californien Brainfeeder, sous la direction de Flying Lotus (Lorn, The Gaslamp Killer …).

Mais voilà de temps à autre, discrètement, parait un titre, un EP, voire un album qui comme Shibui se réapproprie les codes de ce bon vieux Trip-hop et nous offre une petit moment de nostalgie.

Shibui, petit opus de 10 titres, s’ouvre sur le crépitement d’un sillon qui laisse place au son cristallin d’un glockenspiel suivi d’une basse aussi chaude que ronde … il y a la quelque chose d’un autre projet indépendant de grande qualité dont nous vous avions parlé en 2009, Le Polair, chez Structure Records.

Poursuivons avec Over & Over, une mappe de synthétiseur traitée en reverse, la progression est en pente douce et la voix de Nathalie Gardiner se dépose sur le fil avec délicatesse, à peine quelques seconde d’écoute et l’on sait que nous avons dans les oreilles ce qu’un Simon Green ne serait pas mécontent d’avoir composé … les cuivres légers qui arrivent sur la fin du titre ne font que confirmer cette impression. Encore une réminiscence, une petite pensée pour le groupe BOA à qui nous devons la très jolie BO de Lain (série animée de Ryutaro Nakamura).

Reach The Stars a la couleur des rues de Londres après la pluie, Lady Paradox y distille un flow so british entre Hip-Hop et Spoken word et qui n’est pas sans rappeler l’univers de Speech Debelle.

De titre en titre le plaisir perdure et Take Back The Day nous permet de retrouver Inyang Bassey que nombre d’entre vous connaissent pour ses collaborations avec Moby tandis que le titre In The Same Way amène la voix feutrée de Lauren Jade sur fond de smooth-jazz et Closer celle d’Anna Stott.


Alors si Shibui, ne bouleverse pas les fondements du Trip-hop, il vient avec élégance, apporter une jolie pierre à l’édifice ce qui est déjà très bien pour nous ! Phonosaurus Records, retenez bien ce nom, voilà un tout jeune label qu’il conviendra de suivre à l’avenir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *