Catégories
Chroniques

Tété Live – Le Plan – Mars 2010 – par Marie

Fidèle du Plan, c’est à mon tour, après Evelyne, de vous livrer mes impressions sur le concert de Tété.

Dans une salle pleine à craquer, s’installe pour la première partie, You and You constitué d’un jeune barbu sa guitare pour seule compagne. Il arrive à capter un temps l’attention du public grâce  à sa belle voix folk qui rappelle celle de Piers Faccini. Mais au fur et à mesure que ses ballades s’enchainent, on ressent une certaine lassitude face à cette prestation dépouillée et un peu torturée.

Il est temps que Tété arrive. Précédé de son contrebassiste et de son batteur, le chanteur fait une entrée sur scène simple et applaudie avec « l’envie et le dédain »,  le premier single radio de son dernier album. Je ne reviendrai plus sur la setlist… Se référer à la chronique d’Evelyne : du dernier album pour l’essentiel, quelques titres du délicieux « L’aube des Lemmings » (mon préféré)  et les incontournables  comme « à la faveur de l’automne » reprise en chœur par une audience ravie.

Tété qui s’est démarqué auprès du grand public par des textes ciselés sur des rythmiques enlevées possède en live une maîtrise de sa voix si particulière qui laisse admiratif(ve). L’envie et l’énergie sont là, Tété en attend autant de son public qu’il sollicite et amuse par des interludes improvisés un peu « relous » de son propre aveu. Faute avouée à moitié pardonnée.

Le choix d’un medley de certains  titres phares du chanteur peut s’expliquer par la volonté de jouer les morceaux attendus par le public sans que cela soit au détriment des titres du dernier album dont la sortie est à l’origine d’une nouvelle tournée. Pour ma part, j’ai trouvé la formule frustrante et j’aurai préféré entendre un des titres dans son intégralité.

On peut également regretter la formation réduite au chanteur et à ses deux musiciens qui ne permettait pas une grande variété d’arrangements musicaux. Les morceaux ne prennent certes pas une nouvelle dimension sur scène mais le trio assure et l’audience paraît conquise dans une salle surchauffée. On comptabilisera même deux évanouies à la fin du concert.

Crédits Photo : Jennifer Jaïs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *