Catégories
Chroniques

Skindred – Union Black

Excellente nouvelle pour les amateurs de Skindred puisque le groupe britannique de reggae hardcore sera de passage au festival de Dour le 15 juillet prochain pour nous présenter son nouveau né, « Union Black ». Sorti le 25 avril dernier sur le label 7PM, ce quatrième opus fait honneur aux trois précédents succès du groupe. Un conseil, ne manquez pas cette date belge car après ça Skindred continue sa tournée pour aller taquiner les scènes autraliennes, anglaises, italiennes et bien d’autres.

Union Black, le premier morceau déroute dans un premier temps s’agissant d’une reprise de l’hymne anglais « God Save The Queen ». Le côté alternatif et aérien de ce morceau contraste heureusement avec le morceau suivant Warning qui nous envoie du ragga hardcore comme on l’aime. Violent, chanté par un Benji au chant mi-reggae mi-hardcore, nous voilà soulagé, le groupe est toujours aussi groovy et fou furieux. Combinant toujours le reggae avec le punk et le hardcore, Skindred explore ses origines et nous dévoile différentes facettes de sa personnalité (toujours affirmée et propre à elle-même).

Avec Own You, c’est du metal hardcore brut de décoffrage que le quatuor nous propose. On se rappelle alors que Benji Webbe a fait plusieurs apparitions sur des albums de Forever Never, Bullet For My Valentine, ou encore Soulfly. Le chant grave et hardcoreux, il en connait donc un rayon notre Benji. Extrait de l’album, je mets au défi quiconque de reconnaître Skindred dans ce morceau (bien que le chant soit bien caractéristique), un mélange des styles qui convient parfaitement à la nature du groupe. Des influences reggae, on retiendra The Original Wailers, notamment sur Guntalk où le reggae est à l’honneur le plus total. Pour Get It New, les grosses lignes de basse de Daniel Pugsley résonne comme des échos à POD avec des transitions plus aériennes que sur les autres morceaux, plus secs et arrêtées aussi. Avec une rage à la Deftones, Skindred reste pourtant fidèle à lui-même avec des morceaux s’inscrivant logiquement dans sa ligne musicale. Ainsi, Bad Man Ah Bad Man nous rappelle Days Like These de l’album « Shard Bites and Dog Fights » sorti en 2009.

Un album qui plaira aux amateurs des précédents, toujours bien balancé entre le ragga et le punk hardcore. Rendez-vous au festival de Dour pour le live !

Label : 7PM – Sortie : avril 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *