Catégories
Live reports

Public Enemy Live – Le Bataclan – 29.04.2013

Je suis au Bataclan pour le concert du légendaire groupe de Long Island, Public Enemy. Il a marqué le hip hop par sa musique et ses textes engagés, pour la cause afro-américaine en particulier. Déjà 25 ans de carrière, signés en 1987 par le label Def Jam, ils laissent dans leur sillon des dizaines de tournées et 20 albums. Certains seront des « classics »,  comme mon préféré It takes a nation of million to hold us back (1988). Le réalisateur Spike Lee utilisera entre autres leur morceau Fight the power comme thème musical de Do the right thing (1989).

Retour au concert, peu de monde à l’intérieur, certainement en raison de la première partie ?

Guizmo, jeune MC du 92, bien que multipliant les projets, bénéficie de beaucoup de buzz mais reste loin de l’aura et du message de P.E.! Il s’entoure de Despo Rutti et Mokless, leur succession de thèmes « egotrip », bière et joint à la main, fait difficilement réagir le Bataclan…

Le show commence, DJ Lord aux platines, le public est enfin au rendez-vous. Les danseurs S1W (Security of the first World) arrivent sur scène, avec uniformes et chorégraphies militaires. Chuck D, le leader, entre sur ces mots « We are not niggas in Paris, we are Africans in Paris  » critique adressée à Jay-Z & Kanye West et leur titre  Niggas in Paris!

Puis Flavor Flav l’excentrique bondit de nulle part et annonce que Public Enemy a récemment été intronisé au « Rock & Roll Hall of Fame ». Avec sa célèbre horloge autour du cou, il enchaîne avec le morceau complètement déjanté 911 is a joke.

Si la formation de départ a changé, les nouveaux membres, à part DJ Lord, sont un live band, guitare, basse, batterie et les sonorités hip hop « boombap » laissent place à un son plus rock. Mais l’énergie et le charisme des deux cinquantenaires est fidèle aux premiers jours, ils sont partout sur scène! Ils enchaînent les « classics » des premières années et les morceaux plus récents, tous revisités et teintés rock. Flavor Flav jusqu’alors clown « ambianceur » devient aussi musicien, il jouera d’ailleurs un solo de basse surprenant.

L’intensité est toujours la signature du groupe, au bout de plusieurs morceaux, Chuck D effectue une pause et demande à Flav de nous proposer quelque chose de nouveau. Flav passe derrière la batterie, micro dans une main, baguette dans l’autre et nous livre un solo incroyable, tout en rappant, du jamais vu effectivement ! Il n’a rien perdu de sa présence et de son humour, effectuant plus tard une série de pompes pour un jonglage raté avec son micro.

Après encore quelques morceaux, Chuck D propose son micro a un MC dans la salle et à notre grande surprise c’est Sidney qui enjambe la scène pour un freestyle. Le présentateur culte de l’émission HIP HOP sur TF1 qui invita en 1981 notamment Herbie Hancock, Sugarhill Gang, Madonna ou Kool Shen & Joey Starr (NTM) encore danseurs!

Le show reprend de plus belle, toujours avec beaucoup d’intensité.

Ils feront ensuite monter un enfant sur scène pour chanter Don’t belive the hype, le concert touche bientôt à sa fin.

Remerciements pour le public, puis Flavor Flav nous demande, bras en l’air de pointer notre majeur contre les deux choses qu’il déteste le plus. Le « racisme » et la « séparation », entre les peuples, les religions, les cultures, les mouvements, les gens…

Ils quittent la scène sous une grosse ovation, tout le monde a compris qu’ils ont tout donné ce soir, il n’y aura pas de rappel.

Nombreux sont ceux qui repartiront avec un tee-shirt ou une casquette estampillée du célèbre logo Public Enemy dessiné par Chuck D.

Nostalgique des premières années de P.E. et leur hip hop « Bombap » je respecte l’évolution de ce groupe qui nous a tout de même livré un show de très haut niveau. Ce n’est pas pour rien qu’en 2004 le célèbre magazine Rolling Stone les place en 44ème position de la liste des 100 Greatest Artists of All Time, et ils le méritent !!!

Photos et live report: Damien Paillard

Public Enemy – Fight The Power

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *