Catégories
A la une Live reports

Compte rendu de la journée – Nos engagements Paris Hip-Hop

Engagements-Paris-Hip-Hop

Le festival Paris Hip Hop continue. Il prend ses quartiers dans le 20e aujourd’hui, square Sarah Bernhardt.Au programme : les jeunes talents du quartier, des concerts entrecoupés de démonstrations de danse.

L’ambiance est bonne ; toutes les générations sont représentées, venues passer un bon moment, assez fédérateur.

« Rabah » et « Booger » du « Fanatic » font le spectacle. Malgré la chaleur étouffante, ils couvrent la totalité de la scène, sautillants, virevoltants ; ils alternent leurs couplets, installent un échange et nous le transmette. C’était une très bonne performance.

« Rabah » nous accorde quelques mots :

-Est-ce que tu pourrais te présenter ?
Moi c’est « Rabah », artiste rap, j’ai 16 ans et sors un maxi le 30 septembre.

-Qu’est ce qui t’as amené à faire du son ?
C’est venu depuis que je suis tout petit, mon grand frère me faisait écouter des morceaux. Il m’a mis dans cette culture, le rap m’a toujours passionné, donc depuis j’écris.

-Quelles sont tes influences ?
Je suis très influencé  par le rap français, conscient, c’est important pour moi les chansons à texte. J’ai grandi avec les classiques de IAM, la Fonky Family, Lunatic…

Rabah

Les performances se succèdent : l’espace Saint Blaise entre autre pour la danse, du saut à la corde, des freestyles, un hommage à « Michael Jackson », quelques mots de « Kohndo ». « Ansha », puis « Cheyenne Papi » maintiennent un bonne pression, suivis avec brio de « Rim C ».

Vient un collectif attendu, le « Carré D’IKS ». Les quatre membres semblent déjà bien rodés. Ils nous offrent une prestation très pro, avec des relents de West Coast, et de bons textes.

L’un des rappeurs accepte de répondre à quelques questions :

-Peux tu te présenter ?
Moi c’est « Emceetrash » de « Carré d’IKS », on est un collectif qui s’est monté familièrement si on peut dire, on se connaît depuis tout petits, nos parents se connaissent. On est du 20e. Le « Carré d’ IKS », c’est « Dingues 2 Chrome » (« B One » et « Peppair »), « Sir Cass » et moi. On s’est vraiment regroupé en 2006.

-Quand as-tu sus que le rap était ton truc ?
Depuis toujours, je sais que la musique est faite pour moi. Pour ce qui est du rap, on va dire qu’il m’a choisi. Le rap c’est un mélange, un mariage d’influences ; c’est ce qu’il y a dans les quartiers. Le Hip Hop plus globalement, c’est un univers, une culture ; c’est une façon d’être, de penser, un moyen de se rassembler.

Après, mes influences, elles viennent de partout ; mon père écoutait beaucoup d’oriental et de variété française comme Ferré, Aznavour ou Brassens, ma mère était plus black music comme EWF, Marvin Gaye, les Temptations, les sons de la Motown. Moi je suis très soul, RNB et Hip Hop. Je suis un amoureux de la musique, je la vie, je la respire.

-Quels sont vos projets ?
Comme je t’ai dis, « Carré d’IKS » est plus un collectif qu’un groupe, on se rassemble et on se sépare ponctuellement. Là on s’est rassemblé pour cet évènement, c’était un vrai plaisir. Maintenant on va se reconcentrer un peu chacun sur nos choses. « Dingue 2 Chrome » d’un coté, « Sir Cass » qui a un projet avec beaucoup de rappeurs du 20e ; moi perso, comme je suis aussi batteur, j’ai un projet de voix/batteries, et autres instruments.

CarredIks

En quittant le square, j’ai une sensation de bien être, d’avoir passé une bonne journée, une party à l’ancienne. Les artistes étaient dans l’ensemble bons, avec de vrais lyrics, la musique était au rendez vous. L’esprit du Hip Hop était là, juste positif !

Un grand merci à « Rabah » et « Emceetrash » de « Carré d’IKS ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *