Catégories
Chroniques

Matt Elliott – HOWLING SONGS

mattelliott-howlingsongs

Après avoir contribué durant près de 5 ans à enrichir la scène électronique anglaise avec une Drum and Bass des plus sombres, Matt Elliott a délaissé en 2001 ses consoles numériques pour aborder une musique plus épurée, composée de voix, de cordes de bois; des matériaux nobles somme toute. Howling Songs clôture donc une trilogie musicale qui puise dans la mélancolie une grande force émotionnelle.

Pour être objectif, ce qui me touche pour beaucoup dans cet album est cette inspiration slave, qui me rappelle à mes origines hongroises et me replace dans un contexte quelque peu « proustien » (si vous saviez combien les croissants aux noix de ma grand-mère étaient bons). Mais comme dirait Pierre nous digressons …

Cet album donc semble être le fruit d’une union entre l’Espagne et les pays de l’est. Il n’y d’ailleurs pas de frontière apparente et dès le premier morceau, viennent se mélanger guitare, mandoline, violon et violoncelle pour former un ensemble à la fois très cohérent et totalement atypique. Ajoutons combiens les cœurs omniprésents si chère à l’armé russe apporte un romantisme sombre à l’édifice.

Matt Elliott n’est pas un songwriter comme les autres, c’est un poète triste qui sait faire pleurer ses instruments, et il nous livre ici un disque chargé de sensibilité, comme un poème de Tim Burton, Baroque et beau.

Label : Ici dailleurs / Novembre 2008

1 réponse sur « Matt Elliott – HOWLING SONGS »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *