Catégories
Chroniques

Lise – Lise

Découverte il y a quelques mois avec une version de P.I.M.P toute en féminité et en second degré sur un petit EP de 4 titres plein de promesses, la jolie Lise est de retour avec un premier album au titre éponyme et à l’univers délicat comme une dentelle d’Alençon … Mais comme pour la dentelle tout ce qui est délicat, esthétique et même charmant peut malheureusement se faire un peu redondant, à notre grand désespoir d’ailleurs …

C’est donc après plusieurs écoutes que je ressors mitigé de l’exercice, techniquement très au dessus de la moyenne, le jeu de piano de Lise possède un je ne sais quoi de particulier, à mi chemin entre les notes égrainées de Satie et les accords rythmés de Thelonious Monk. Ce n’est pas une jeune femme qui s’accompagne mais bien un duo entre une voix presque enfantine et un instrument aussi imposant que subtil. Très à l’aise avec la langue de Churchill de part ses multiples allez retour entre la France et les USA, Lise nous offre ici en plus de Truck For Lovers que nous connaissions déjà, quelques perles chargées d’onirisme comme le sautillant Thinking of thinking ou cette étonnante fable à propos d’une Ice Lady qui fond et invite les gens à boire l’eau qui s’en écoule. Difficile de ne pas sombrer dans la vaporeuse mélancolie du très beau She’s made of death et c’est avec plaisir que nous redécouvrons, L’émigrant de Landor Road, poème de Guillaume Apollinaire que Lise à su servir à merveille.

Mais il y a d’autres titres qui composent ce premier album et ces derniers ont eu plus de mal à me convaincre,  certains n’y sont d’ailleurs pas arrivé. Si j’ai réussi a apprivoiser Paris, Tourne et C’est Doux ne se sont pas laisser faire … de même que pour Le bal des autos

Peut être est-ce que l’album eu gagné à être un peu plus cours, le côté épuré de l’ensemble ayant fini par avoir quelque chose de monotone à mes oreilles. La preuve par 9 avec cette reprise bien mené de Where is my mind qui apporte comme une ponctuation rythmique avec son duo basse-batterie plus marqué.

Un bel album donc à écouter parfois en diagonal mais un bel album tout de même qui mérite sans  nul doute, un peu de votre temps.

Label : Cinq 7 – Sortie : Juin 2011

2 réponses sur « Lise – Lise »

Je confirme les impressions de Williams, un album assez joli certes, mais il manque assurément quelque chose.
Cette vidéo résume assez bien ces impressions: une vraie belle voix, une bonne musicienne, mais un sentiment d’insatisfaction.

Vu en concert en première partie du chanteur Cali, ce fut très joli et la technique était assez proche de la perfection cependant Lise manque un peu d’aisance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *