Catégories
A la une Interviews

Interview – Chinese Man – 01.2011

De retour de tournée et dans la foulée de la sortie de « The Groove Sessions – Le DVD » les Chinese Man ont pris le temps de répondre à quelques une de nos questions …

Salut les Chinese-Boys, après deux ans de tournée, on se sent comment quand on rentre à la maison ?
On se sent plutôt pas mal, le sentiment du devoir accompli et surtout le plaisir de retrouver son lit, sa console, ce qui compte quoi…! Contents d’en avoir fini avec les sandwich club, les cafés d’aires d’autoroutes et les contrôles de douanes volantes.

Ceci dit à peine rentrés vous nous pondez un DVD, hyper-actifs les DJ de la Canebière ?
C’est vrai qu’on a un peu de mal à se poser…du coup la première chose à laquelle on a pensé en rentrant c’était l’envie de laisser une trace de ces deux ans de tournée et de mettre en valeur le travail réalisé par Fred et Anabelle pour la vidéo du live. Bref de faire un petit bilan de tout ça sur dvd, avec un Artwork de toute beauté réalisé par Ouïkid, quelques vidéos cachées en plus et les versions live offerte en téléchargement… ça permet de clore cette tournée sur un bel objet et de permettre aux gens de prolonger le plaisir…ou pas!

En parlant de ça il est question d’un nouvel opus pour 2011, après les Groove Session Vol 1 & 2 comptez vous changer de concept ou conserver le principe avec un troisième volet ?
Ce nouvel opus est vraiment différent des deux précédents qui étaient des compiles de maxis des différents artistes du label Chinese Man Records. Pour ce nouveau projet l’idée était de faire un véritable premier album du groupe Chinese Man, on s’est donc enfermé pendant plus d’un an pour concevoir ce qu’on pourrait nommer un véritable premier album avec une continuité et un univers que l’on découvre au fil des différents morceaux.  Le fait de travailler de cette manière était nouveau pour nous car on était habitué au format maxi vinyl qui regroupe en général 3 ou 4 morceaux, alors que pour ce disque on a du travailler sur un plus long format, ce qui laisse plus de place à des atmosphères et des tempos différents!

Question à 1000 €, la synchro du titre « I’ve got that tune » vous a t’elle apporté un nouveau publique, plus large peut être ? Plus de sous aussi ?
Un public plus large, des sous, de quoi bien commencer l’histoire d’un label indépendant en fait. En plus à l’époque où ils ont utilisé le titre, on avait sorti que des maxi vinyls donc forcément la ménagère de moins ou plus de cinquante ans avait un peu plus de mal à connaître notre musique… C’est un gros coup de projecteur qui arrive à un moment donné, avec de notre côté aucune démarche pour afficher ça de façon très claire, du coup, les personnes qui ont aimé la pub ont dû chercher d’où ça venait et se rendre compte que nous étions un groupe avec d’autres morceaux et pas juste un truc marketing… ça change un peu le processus habituel…

Et comment vous situez vous dans le paysage turntablistique français ?
En bas à gauche bien au fond, un peu au dessus des plus mauvais mais très loin des bons, du type Scratch Bandits Crew. En fait on a jamais été très techniques du coup on bosse sur des choses assez simples en développant le coté musical plutôt  que de faire des prouesses dont on serait pas capable. En plus « turntablistique » c’est un gros mot non ?

Y a t-il pour vous approche hexagonale de la cire noire ?
Il y a en tout cas un certain nombre de groupes et de labels qui continuent à sortir des vinyls et à alimenter ce marché, même si aujourd’hui ce n’est plus un format qui permet de réellement gagner de l’argent ça reste un objet de prédilection pour les DJ et les puristes et un bon moyen de promotion underground. On voit également pas mal de projets axés vraiment autour du vinyl avec un packaging inventif et des exclusivités pour donner de la valeur à cet objet qui reste pour nous et pour beaucoup le format le plus noble sur lequel poser sa musique.

Quels ont été les groupes ou les artistes qui ont fait de vous ce que vous êtes ?
En vrac et dans le désordre :
Lee Perry, Dj Shadow, DJ Premier, The Clash, Shy Fx, Astrud Gilberto, Rodriguez, Adriano Celentano, Attica Blues, The Doors, Richard Gotainer, Roni Size, Sim (petite période comme contrebassiste, ça paraît fou, c’est passé inaperçu…)

Votre dernier album physique chiné ou acheté ?
High Ku: « The Sound of Siam », une compile de rare groove thailandais des années 60/ 70 sortie sur Soundway.
Zé Mateo: « Best of de Renato Carozone » (Tu vuoi fare l’americano, Io mammeta e tu)
Sly: « Medications –  Your Favorite People All In One Place »

Une petite part de pooding pour finir, en bon trentenaires que vous êtes, vous avez bien un jeux et un film à nous ressortir de derrière les fagots …
Jeux: Les mystères de Pékin (!), Tetris
Films: « Les Goonies », « Taxi Driver »

1 réponse sur « Interview – Chinese Man – 01.2011 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *