Catégories
Chroniques

Flying Lotus – Cosmogramma

Flying Lotus is back ! Après les albums “1983” et “Los Angeles”, Le DJ et producteur américain Steven Ellison revient sur la scène électro pour nous présenter « Cosmogramma », sorti en Mai dernier. Pour le définir, utilisons le terme de « psychotrope ». Puisque les dix-sept morceaux de l’album provoquent en nous des sensations puissantes et une modification de la conscience dans ses dimensions méditative ou hallucinée, « Cosmogramma » mérite qu’on s’y attarde. Le cosmos désigne un monde clos qui s’organise dans l’ordre, en opposition au chaos, mais il désigne également l’univers. Pour ce qui est de l’ordre, Flying Lotus le chamboule clairement sur « Cosmogramma », et ce pour notre plus grand plaisir.

Comme d’autres DJ ou musiciens de trip-hop et rock ambient, Flying Lotus aime s’entourer d’autres musiciens pour les intégrer à ses compositions d’électro psychédélique où le chant se fait rare. On trouve les participations de la harpiste Rebekah Raff, le bassiste Thundercat et un célèbre musicien du groupe Radiohead sur « And the World Laughs With You ». Qui est ? Nous y reviendrons plus tard … Entre musique épileptique et rock lascif, les morceaux « Zodiac Shit » nous emmènent aux confins d’une sphère délicate et sampléé : aliénante et répétitive sur « Computer Face/Pure Being », expérimentale et voyageuse sur « Zodiac Shit », d’inspiration trip-hop sur « Satellllitiiiiiiiteee » (le chant fait penser à celui d’Adrian Thaws, alias Tricky).  Avec « Cosmogramma », pas question de se tenir à des structures préétablies, car Flying Lotus s’éprend tour à tour d’évasions complètement inattendues avant de revenir à des compositions cycliques. C’est schématiquement ce que nous propose le DJ dans ce nouvel opus. Un rythme électro « pulse » la totale se faisant la colonne vertébrale des compositions, et d’un autre côté, le DJ semble avoir pris une forte dose de psychotropes. Psychédélisme, trip-hop, électro, oui mais pas que.

Sur les morceaux « Arkestry » et « German Haircut », le Jazz efface la dominante électro pour nous faire entendre un son expérimental qui met le saxo sur le devant de la scène. Flying Lotus ne se cantonne pas à un style ferme, il s’inspire au contraire de toutes les sonorités permises. Sur « Do The Astral Plane », c’est le Hip-Hop qui tient les rênes, puis « Recoiled » se fait plus dynamique avec un électro plus vif.

La grosse surprise de « Cosmogramma » ? C’est la participation de Thom Yorke sur « … And The World Laughs With You ». De ce point de vue, on pourra dire « Waah, le gars aime Flying Lotus ! Steven Ellison peut être fier », oui, mais la collaboration ne donne pas le meilleur morceau de « Cosmogramma ». Je vous laisse découvrir l’album…

Label: Warp Records – Sortie: Mai 2010

4 réponses sur « Flying Lotus – Cosmogramma »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *