Catégories
Chroniques

Fella – State of Affairs

En cette période incontournable des Jeux Olympiques de Londres 2012, j’en profite pour vous présenter un -assez- nouveau groupe britannique qui vient de sortir son tout premier EP : State of Affairs. Et le groupe en question c’est…… FELLA ! (D’ailleurs, FELLA jouera ce vendredi 3 août à l’Olympic Village pour les athlètes de ces J02012.)

FELLA, c’est un groupe indie/SKA made in England, de Slough plus précisément. Parmi leurs influences : The Jam, The Clash, Madness, The Specials… pour ne citer qu’eux. Ce groupe formé en 2011 voit sa notoriété grandir de jour en jour.  En effet, ils ont non seulement gagné The Showdown, un battle musical organisé à Camden (aka le quartier des punks à Londres), mais ils ont également été répéré par ASOS (une des plus grandes boutiques en ligne de fringues que -presque- tout le monde connaît), et par Dr. Martens (rien que ça !) qui les sponsorisent. Le groupe se définit comme un “skindie band”, un mélange de SKA et d’indie donc. Mais on pourrait dire aussi de skinnie+indie (ces jeunes aux pantalons skinny qui jouent de l’indie-rock).

FELLA nous offre là un premier EP au style musical original de 5 chansons vraiment sympas à écouter, qui donnent envie d’en entendre plus du groupe, et surtout de le voir en live. L’EP démarre avec State of Affairs, le morceau éponyme. Le refrain est entraînant, la batterie et la basse bien présentes. J’ai un peu l’impression d’écouter un vieux morceau de Good Charlotte (j’ai dit « un peu », vous énervez pas hein). Same Old Simon sonne comme la chanson la plus SKA de l’album. Du coup, c’est celle que j’aime le moins. Avec Chalvey Days, on ressent les influences rock du groupe, la voix de Peter Bromfield est claire, teintée de notes graves. Puis vient Donna, le morceau le plus réussi et mon préféré de l’album. Un savant mixte de SKA, de punk, de rock et d’indie. Le refrain est cool. Une chanson que j’écouterais bien en buvant une bière bien fraîche à la plage avec mes potes du lycée. L’EP se termine avec Living a Lie, un morceau acoustique qui souligne une fois de plus la voix de Peter Bromfield. Pour résumer : State of Affairs = 17 minutes de petit bonheur musical !

Cependant, léger bémol, même si on est sur du SKA et de l’indie, selon moi, l’EP serait davantage meilleur avec un peu plus de punk qui le ferait gagner en énergie, lui insufflerait un peu plus de fraîcheur et de légèreté.


Tracklist
1 – State of Affairs
2 – Same Old Simon
3 – Chalvey Days
4 – Donna
5 – Living a Live (Acoustic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *