Catégories
Chroniques

Eiffel – Foule monstre

Vous l’attendiez depuis 3 ans maintenant – et vous aviez bien raison – Eiffel sort enfin son 5ème album, Foule monstre. Toujours dans le sillage de Noir Désir, le quatuor bordelais mené par Romain Humeau nous balance du gros rock français sur des textes inspirés.

Dès l’ouverture de l’album, on retrouve Place de mon cœur dont le single était sorti quelques mois plus tôt. Rythme entraînant, guitares déchaînées, le groupe annonce la couleur : ça va dépoter !

Mélangeant textes bruts et jeux de mots percutants, Humeau s’éclate avec la langue française. On se demande parfois ce que viennent faire les passages anglophones, mais pourquoi pas…

Foule Monstre ? Le groupe semble croire à la force du collectif à travers ses individualités. « Sommes tous de mèche sur le côté / Foule monstre […] Sache que, perdu avec toi / je m’y sens des milliers ». Cette conviction les porte, aujourd’hui ils sont la source de cette masse, ils la créent et l’animent. C’est également ce qu’illustre la pochette de l’album, réalisée par le collectif nantais Chakipu : des individus, des monstres, une foule. Ceci dit, ils auraient pu trouver plus original que le design BD qui semble aujourd’hui emprunté à Gorillaz. Déjà vu…

Sur Libre, quelques décharges de hip-hop et beats électro  tempèrent le flow pop-rock, fil conducteur d’une piste dans laquelle le chanteur semble assumer son brin de folie « C’est peut-être là que j’claque ma démence / Comme tout un chacun, dans une fleur d’oubliance / Facteur cul, Junk Food-Center, Violence ».

Changement d’ambiance avec Milliardaire. Plus intimiste, sur fond de guitare acoustique, elle vous rappellera sans doute davantage le lyrisme d’un Jacques Brel renaissant de ses cendres sur un tempo proche de ce que pourrait trouver chez Saez. Si l’ombre du chanteur semble hanter le quatuor, ils savent néanmoins conserver ce style qui leur est si propre, savant mélange de pop, de rock et de poésie tourmentée.

Puis on enchaîne sur un sombre duo, Lust of Power, coréalisé avec Bertrand Cantat. Quoiqu’on pense du personnage, force est de reconnaître que c’est un artiste accompli. Le chanteur de Noir Désir était déjà intervenu dans le précédent album, sur le puissant  A tout moment la rue, signant  son grand retour musical. Et cette fois encore, le duo est explosif : les voix graves s’accordent donnant du volume à une basse omniprésente, des chœurs possédés et une guitare en transe ; les paroles sont mordantes, voire crues et vulgaires  (« Femme que l’on ne nomme plus / que de bites en fossés lapidaires  / les balles sifflent, y’a comme une odeur de brûlé […]  Au Carlton, tous les sommets atteints caviardent / le beefsteak des escort-girls jute et mollarde »).  Ambiance glauque, digne héritière de Noir Désir.

C’est finalement sur Puerta del angel que l’on appréciera particulièrement la nouvelle guitare de la bande. Nicolas Bonnière, ex guitariste du groupe Dolly, a rejoint Eiffel lors  de leur dernière tournée. Dès à présent, il apporte énormément au groupe, à travers son jeu de guitare accrocheur, ses scratchs et ses arrangements sonores.

Un poil anticonformiste, le groupe a su évoluer sans pour autant rompre avec ses traditions. Et comme à son habitude, Humeau n’a pas fait dans la demi-mesure : il a écrit et composé l’album dans son intégralité (avec un coup de main de Bertrand Cantat sur Lust Of Power), puis il l’a réalisé, enregistré et mixé chez lui. Neuf mois de travail pour un album, à mon sens plus sombre, plus profond et plus sincère que toutes leurs précédentes productions. Le groupe n’a cependant pas eu peur d’innover en ajoutant des sonorités électro, indéniablement inspirées de groupes comme Shaka Ponk, et donnant du volume à leurs réalisations.

Eiffel est en tournée dans toute la France jusqu’à fin novembre. Pour les retardataires, ils seront fin mai à la Cigale. Une belle occasion de les voir se déchaîner sur scène, mais attendez vous à un monstrueux bain de foule… on vous aura prévenus.

Eiffel – Place de mon coeur

Label : [PIAS]

1 réponse sur « Eiffel – Foule monstre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *