Catégories
Interviews

Cats On Trees – Interview : “Comme frère et soeur”

Elle au piano et au chant, lui à la batterie. Et une pop pas aussi légère qu’il n’y paraît. Ces chats perchés, qui se considère comme « frère et sœur », étonnent avec leur mélodies sautillantes comme Too Much et Tikiboy ou profondes et touchantes comme sur Sirens Call. Yohan Hennequin et Nina Goern ont un énorme potentiel… Sans même s’en rendre compte ! « On aurait pu jouer du pipo et de l’accordéon, on aurait quand même décidé de faire un duo ! On était surtout animé par ce qu’il se passait entre nous, cette complicité et cette osmose », explique Nina en riant. Ah ça, ils s’aiment. D’une amitié pure, sans concession. Et c’est My Own Private Alaska qui les a rapproché. C’est sûr que le groupe dans lequel officie Yohan en tant que batteur (et Milka, chanteur et mari de Nina) n’a absolument rien à voir avec Cats On Trees : sombre, violent, MOPA crache ses paroles en screamo sur fond de piano-batterie rageurs. Mais pour Yohan, ce n’est pas incompatible : « J’ai toujours été touché par plein d’artistes, écouté beaucoup de musiques différentes. Tout ce qui m’intéresse, c’est de faire des projets sincères, quelque chose qui me touche et que je partage avec des gens que j’aime. »

Un peu bisounours comme approche ? Oui, mais c’est aussi le but. Dans les textes de Cats On Trees, tout n’est pas toujours rose, mais les conclusions restent le plus souvent constructives : « Dans les chansons, on parle beaucoup de nos expériences personnelles, parfois très positives ou plus sombres. Chaque morceau raconte une histoire différente de nos vies » explique Nina. Mais Yohan précise : « On laisse tout de même une porte ouverte à l’auditeur pour qu’il puisse trouver sa place dans l’histoire et trouver une résonance dans sa vie. Et même si on parle d’expériences de vie un peu négatives, on essaye de penser à la résolution, en la jouant. On a quand même dépassé beaucoup de choses, nos vies sont chouettes et équilibrées, on ne va pas se plaindre ! »

C’est vrai que tout leur sourit : label, enregistrement avec orchestre douze cordes, clip tourné dans le désert de sel en Bolivie, coup de main de Jean-Christophe Urbain des Innocents sur l’album, première partie de Shaka Ponk (« un super moment ! Même si on fait quelque chose de très différent, beaucoup moins rock, le public est resté ouvert d’esprit et réactif »), les Cats, férus de liberté, amorcent une belle ascension. Nina avoue qu’elle a encore l’impression d’avoir rêvé toute ces expériences. Pourtant, ce n’est pas près de s’arrêter : un Café de la Danse le 20 novembre, une tournée à partir de janvier 2014… Et leur premier album éponyme, sortant chez Tôt au Tard ce 21 octobre. Rien que ça !

Cats On Trees – Sirens Call

 

Crédits photo: Michela Cuccagna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *