Catégories
Live reports

The Young Gods – Live – Nouveau Casino – 16.11.2013


The Young Gods
, groupe mythique des années 80 connu par leurs sons indus originaux ont un public qui les suit depuis longtemps. C’est au Nouveau Casino que les fans avaient rendez vous avec le groupe qui se fait plutôt rare. Configuration petite salle, quasi sold out pour un moment que les initiés ou non ne sont pas prêt d’oublier.

Ce soir aucune 1ère partie n’avait été annoncée et pourtant la soirée débutera avec un dj set de l’artiste suisse Bit-Tuner qui mélange les ambiances sombres, aux basses énormes et aux mélodies proches de l’acid. Sur scène, l’ensemble prend vie en oscillant entre post-dubstep, downbeats et électronica. Un set qui dura 40 minutes, l’occasion de se chauffer pour certains, de faire un tour au merchandising ou encore de prendre un verre au bar.

Le dj set de Bit-Tuner était très bon mais il n’était pas approprié à une première partie d’un concert de The Young Gods. Le public n’a pas réellement accroché au final, une prestation un peu trop froide. Il aurait été plus judicieux de le faire switcher après le concert.

Dès la fin du set, le public se presse, la fosse se remplit de plus en plus pour finir pleine à craquer. Le show débute en version minimaliste, le chanteur et le sampleur sont sur scène, l’éclairage est faible. L’intro commence sur des boucles électro hypnotiques de plus en plus fortes laissant présager un moment au top. S’enchaînent alors deux morceaux bien connus « C.S.C.L.D.F » et « Jusqu’au bout ». Le batteur fait alors son entrée sur cette dernière, sur fond d’un public qui commence à se chauffer. On bascule d’un univers à un autre, tantôt rock, tantôt électro, ambiant comme sur la troisième chanson où le son se fait plus hallucinogène avec un batteur énergique, presque mécanique. Viens ensuite la chanson « A ciel ouvert », torturée à souhait. Franz Treichler nous emporte dans sa sombre frénésie, il agite un projecteur pour éclairer le public qui est déjà entré dans l’univers sinueux des Young Gods.

Le groupe nous a promis un set basé sur les deux premiers albums The Young Gods (1987) et L’eau rouge (1989) faisant la part belle à leur début et aux sons expérimentaux, industriels et rock. Un concert parfait pour les fans de la première heure. D’ailleurs le chanteur nous fait part de sa joie d’être au Nouveau Casino ce soir, toujours d’une façon très sobre pour ne pas éclater la bulle dans laquelle la salle sera placée pendant 1h30.

Des titres comme « Did You Miss Me », « Pas mal », « L’amourir » vont s’enchaîner pour le bonheur des fans ; la voix rocailleuse de Franz transperce parfois les nappes électro lancinantes. Le public s’agite, sautillent, la sauce monte à son paroxysme.  Il y a une folie électrique qui se ressent pendant tout le reste du set du groupe. Les Young Gods n’ont rien à envier à leur successeur dans le style, ils ont su garder l’honnêteté et la folie de leur début.

L’heure du rappel est venue, la foule scande le nom du groupe. Ils reviendront en tout et pour tout deux fois. Avec « Envoyé », la fosse se transforme en pit à pogo, le public fournit les derniers efforts dans un Nouveau Casino qui a très chaud ; avec « La fille de la mort », deux styles complètement opposés seront présentés pour conclure. C’est pour cela que le groupe est un ovni musical, tellement apprécié par le public. Ils ont la créativité que l’on ne retrouve plus vraiment dans les groupes actuels.

Les lumières se rallument, le groupe salue son public et l’on sort alors d’une transe mystique qui aura duré presque 1h30.

Premier concert de The Young Gods pour ma part, connaissant que partiellement les titres j’ai pu vraiment plonger dans leur univers unique. Une petite note négative cependant, pour la non présence de vrais instruments hormis la batterie. Merci au Nouveau Casino pour cette date très appréciée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *