Catégories
A la une Chroniques

The Narcoleptic Dancers – Never Sleep

Après un premier EP des plus prometteurs paru en juin 2010, The Narcoleptic Dancers est de retour, avec cette fois, un album composé de 13 titres. Un premier opus au titre en contradiction avec le nom du groupe : Never Sleep vs. Narcoleptic. Vous l’aurez compris, on est dans la thématique du lit, du dodo, du bien-être, de l’apaisement… Quant à la pochette, si elle vous dit quelque chose, c’est que vous voyez juste ! En effet, nos deux acolytes se sont inspirés d’une photo de John Lennon et Yoko Ono : on retrouve le lit, le vélo, les affiches sur les fenêtres, ce jeu de noir et blanc etc.Produit par Axel Concato (Axel and the Farmers, Hushpuppies…) et Mandy Parnell, « Never Sleep » est un album frais, agréable et optimiste, qui mêle à juste dose pop, folk et de légères touches de disco et d’electro. On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec le duo Cocoon voire Angus&Julia Stone (qui ont malgré tout, un univers radicalement différent).

Avis aux déprimés : écoutez Never Sleep et vous serez de suite de bonne humeur, prêts à sautiller dans les champs tel un cabri ! Cet album est une véritable pépite musicale qu’on ne se lasse pas d’écouter en boucle !

Pour la petite histoire, The Narcoleptic Dancers est un duo porté par le français Anton Louis Jr et sa demi-sœur néerlandaise, Melody Van Kappers. Mais pourquoi ce nom étrange ? Tout simplement parce que leur père commun, John Van Kappers – célèbre footballeur néerlandais qui est aujourd’hui décédé – avait été surnommé par la presse sportive « The Narcoleptic Dancer » en raison de sa « coupe de cheveux singulière et de son dribble nonchalant ». Vous comprenez mieux la coupe de cheveux du duo … C’est aussi grâce à leur père que Melody et Anton se sont rencontrés (car ils ont grandi chacun de leur côté chez leur mère). Et en plus d’être une rencontre fraternelle, cela a surtout été une rencontre musicale ! Anton et Melody se complètent à la perfection, puisque lui est un musicien émérite et elle s’illustre depuis toute petite au chant et à l’écriture…

Chaque morceau est porté par la voix délicate et aérienne de Melody. Une voix diaphane et mélodieuse (heureusement, Melody porte bien son prénom…). L’album est doux, comme sa voix. Il n’a certes rien de très innovant en soi, mais il est maîtrisé et d’une simplicité réussie. Never Sleep nous transporte sans problème dans l’univers enchanté des Narcoleptic Dancers. C’est un album qui a du cœur, qui fait du bien et qui apaise les tensions quotidiennes. Un peu de douceur dans ce monde de brute ne fait jamais de mal, bien au contraire…

Les 13 morceaux sont plutôt courts (moins de 3 minutes à chaque fois, excepté pour Again and Again), tels des petites doses d’énergie et d’émotion. Les refrains sont légers et entraînants. J’ai eu un coup de cœur pour Rastakraut (et sa démo présente également sur l’opus), un morceau punchy qui donne direct le smile (efficace après une mauvaise journée). Avec Not Evident, on se retrouve en train de danser dans la forêt enchanteresse de Melody et Anton. Lige Goes On est aussi particulièrement sympathique à écouter. La guitare acoustique est très présente dans Unique Tree (elle s’entend encore plus sur la démo) et le duo nous embarque encore pour une ballade champêtre. Dusty Cowboy et In The Dark (le bonus de l’album) se distinguent des autres titres avec leur léger côté dance/rock electro. Moon Thrill est complètement envoûtant et Little Clown est agréablement mystérieux…

The Narcoleptic Dancers ont donc signé 13 chansons sincères qui ne risquent pas de vous endormir, bien au contraire …

Label : Bleep Machine – Sortie : août 2011

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *