Catégories
A la une Chroniques

The Et’s – Nous venons en paix


Les Et’s est un groupe de deux jeunes artistes parisiens, qui sort chez Universal, un premier album intitulé « Nous venons en paix », et disponible sur ITunes, depuis le 25 avril. Ils se sont fait connaître du grand public, par un buzz, qui n’a pas tardé pour eux, sur Youtube avec  Madame météo, premier single de l’album, mais qui, musicalement, ressemble étrangement à une chanson d’un artiste de la nouvelle scène française, et qui se prénomme Bensé. (Quand je marche, 2008)

Le combo est composé de Jo A, producteur élégant, qui prêche un style cool, dandy un peu désinvolte tendance chic. Question CV, il est originaire du Cameroun, musicien autodidacte, certains laissent entendre qu’il sera le maestro black des prochaines années, la relève des Timbaland, Dr Dre et Swizz Beatz. Rien que ça ! Le second c’est Mr. Ice, un Disiz La Peste bon marché, style à la Ed Banger, t-shirts street ou chemise à carreaux, montre sport, tatouage, slim, sneakers, casquette US, histoire de rappeler qu’il fait du rap, et qu’il ne vend pas des bananes au marché. Hipster ! What Else ?

L’univers musical des Et’s, est mis en exergue par des instrumentales décalées et intelligemment combinées, et des beats ingénieux aux influences électroniques, rock and pop. Avec le progrès technique et la révolution de l’informatique (Mac dernier cri, usage des séquenceurs musicaux et échantillonneurs), cette « hype-pop », se veut être originale et conceptuelle. Toutefois un débat peut subsister autour de l’aspect qualitatif de l’album, tant les deux « extra-terrestres » oscillent entre des messages festifs, qui nous renvoie à des contenus simples, comme  «le feu ça brûle et l’eau ça mouille, tous les oiseaux volent dans le ciel », et des tentations commerciales qui poussent le concept de l’égo trip dans le jusqu’au-boutisme.

Nous venons en paix est orphelin d’une ligne directrice et d’une réelle cohérence, car il n’appartient à aucune vraie famille musicale, tant il est dur à classifier, et délicat à comprendre dans son sens et dans sa conceptualisation.

Alors oui, quelques morceaux sont appréciables (Bonhomme de Neige, Souvenirs d’été, Yesterday), une ou deux mélodies le sont aussi (Comme des Terriens), mais le contenu n’en demeure pas moins léger et n’aboutit à rien d’extraordinaire. Considérant que l’ensemble est homogène et s’écoute facilement, on peut dire que c’est un album qui ne mange pas de pain. Les thèmes explorés sont un peu mièvre, la technique du rappeur manque de consistance, son flow étant banal et terne. Nous venons en Paix déborde de sonorités différentes, et on pourrait évoquer des ressemblances avec les univers de Bruno Mars, B.O.B, Kid Cudi, Kanye West, Tété, Sébastien Tellier, et même parfois de Michel Berger, dans la façon d’interpréter. Mais c’est aussi très proche de l’univers de la fable, avec des  petites morales implicites, usant du second degré et avec un ressort comique sur certains couplets. Ice et JoA se renvoient la balle comme les acteurs d’une comédie musicale ou d’un opéra rock.

L’album des Et’s possède quelque chose de profondément intéressant, mais il leur manque dans l’ensemble une certaine dose d’originalité et de puissance au sens large pour réussir à captiver l’auditeur et réellement retenir son attention, aussi bien sur le plan technique, que sur les textes, dans l’ensemble superflus et peu profonds.

Rien ne dépasse, tout paraît parfait, et JoA à la production, nous entraîne sur sa planète au rythme de ses inspirations, aux accents électro-pop r’n’b, qui touchent à tout donc, mais qui n’aboutissent au final à pas grand-chose. Le spectre de Lady Gaga rode dangereusement sur l’album, vous savez cette cruche écervelée, qui vend des disques à des merdeux pré-pubères, et qui en a fait son fonds de commerce, tout en rendant une copie brouillonne de vingt tracks qui surfe sur tout sans construire, alliage simplet de différents styles, que l’on appelle plus communément de la soupe. Attention donc à ne pas tomber dans le précipice du commercial et de se laisser duper par une élite conformiste.

Label : Jo &  Co – Sortie : Avril 2011

Article réalisé par Clément R

12 réponses sur « The Et’s – Nous venons en paix »

Un poil tranchante ta review concernant cette album…Pour un première album c’est quand même du bon boulot ! Il a un réel travail en terme de production musicale ! Une vrai complicité entre les deux et’s ! De plus c’est vraiment un album qui « transporte » et qui fait preuve d’originalité dans ce paysage musicale où toutes les collines se ressemblent…

Cher Mr Clement R,
Votre review de l’album du premier album des Et’s est tres interessante car elle a un fond de verite oui ils n’appartiennent a une aucune famille musicale et ont donc le merite d’ouvrir la voie a a une nouvelle direction hybride basee sur le metissage du rap , de la pop teintee de rock .Oui les Et’s’ne sont pas dans les codes traditionnels des rappeurs qui ont vendus des produits stupefiants ou qui sont passes par la case prison on a ici a faire a des enfants bien eleves mais cher Mr Clement R pour un journaliste musical vous sauriez qu’aux Etats Unis ne sortent pas tous du hood .Vous qualifiez leur message de mievre donc vous considerez qu’un message qui s’adresse a tout le monde est facile ?! Desole si le rappeur Mr Ice n’utilise pas de « ntm » ou  » de fils de  » pour vous rassurez que vous avez ecoute du rap c’est ecrit sur la pochette de l’album « Nous venons en paix  » ….

J’suis pas le plus grand fan de ces 2 jeunes artistes , mais j’trouve ta critique ultra nulle , mais alors nulle à chier.

Dans tous les cas , ils ont peut etre pas fait l’album de l’année , mais sache que ta review laisse profondément à désirer et qu’elle est construite comme si c’était un « adolescent pré-pubère » qui l’avait écrite.

bonne continuation quand meme

de la belle merdes clement, j’ai lue que 2 phrases, et ça m’a suffit.

Ouvrez les oreilles messieurs/dames dans ce grand charivari qu’est Paris, et surtout achetez un dictionnaire, parait que larousse en fait des biens, surtout pour le dernier…

et ben… juste pour rappel, le propre d’une critique c’est d’être « subjective ».

Il y a certains commentaires qui sont volontairement blessants et je trouve ça dommage. Clément a passé du temps sur cette chronique comme nous tous chroniqueurs, en tant que bénévole, avec ses références, son analyse. Ce n’est pas parce qu’elle ne correspond pas à vos attentes qu’il faut se montrer si agressif et méprisant.

« Nous venons en paix » ? On devrait tous tirer une morale du titre de l’album.

Très bonne critique, très juste ! T’as dis exactement ce que je pense de leur musique et de belle manière. Bien joué

La critique est bien construite mais tellement méchante.. tout ce qui ressort de cette critique c’est que si j’achète l’album je ne serai qu’un con.. franchement tu devrais tourner ton analyse autrement, là elle a juste l’air méchante et gamine.

JE trouve personnellement que ce qu’ils font est bon, de mieux en mieux, et que le contraste entre le flow à Ice et les mélodies de Jo A attire l’oreille.

« il leur manque dans l’ensemble une certaine dose d’originalité »

Et puis quoi encore! Leur album et juste une source d’originalité, franchement je ne comprend rien a cette article … A refaire.

Sinon en passant j’aime bien cet album !
Ce qui est contradictoire dans votre article c’est la partie sur Lady Gaga où elle serait donc comparée à une chanteuse qui prône le conformisme ? J’ai envie de dire LOL
Et dans le même sens, si vous n’arrivez par à « classifier » cet album, ne serait-ce pas là une preuve d’originalité ?
Eh bien non me direz-vous car tout le monde surf sur ce chréno actuellement.
Et je vous répondrez qu’il y en a qui le font bien et d’autre moins bien.
Et pour les ET’s, je crois que c’est plutôt bien réussi.
Je dirais même, tellement réussi qu’ils vont passer à la trappe car, malheureusement pour eux on adore stagner en France…. C’est tout ce que j’ai à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *