Catégories
Chroniques

Stuck in the sound – Shoegazing Kids

stuckinthesound-shoegazingkids

La première fois où j’ai entendu « Toy Boy » en 2005, j’étais tombé sur le cul. Le morceau tournait à merveille. Péchu, mélodique, entêtant. Ce n’est pas pour rien que  trois ans plus tard, on peut jouer le titre sur Guitar Hero. En revanche, leur premier album ne m’avait pas convaincu, mais un Live à la Boule Noire avait bien buriné mes oreilles en me laissant finalement un souvenir positif de Stuck in the Sound. Alors quand leur deuxième opus, Shoegazing Kids, arrive sur mon bureau, je m’empresse de l’écouter, histoire de voir si ma mémoire est bonne.

Cet album sent bon le classeur de lycée. Les mots dans les cahiers de textes. Le bandana qu’on offre à sa meilleure amie. Les cigarettes fumées en cachette. Les « tu veux pas aller lui dire que je voudrais m’asseoir à coté d’elle dans le bus »…  Un Shoegazing kid est un môme mal dans sa peau, qui regarde ses pompes, plutôt que d’affronter la réalité. Bon si vous avez  été ou si vous êtes dans l’équipe de football américain de votre école, ou dans la sélection des pom pom girls, cet album n’est pas pour vous. C’est vraiment pour les Freaks and Geeks d’hier, aujourd’hui et demain. La thématique n’est pas un hasard. Si on se ballade un peu sur le Myspace des Stuck in the Sound, on comprend que les  teenagers sont principalement le fond de « public ». A noter que la gamine sur la pochette est une de leur fan, elle gère le myspace qui parle de lui-même, « We are the STUCK IN SOUNDs fans ». Une belle manière de la remercier.

Le disque s’ouvre avec Zapruder (comme le célèbre vidéaste amateur qui a filmé l’assassinat de JFK à Dallas ?). On a l’impression que le pied de batterie a été enregistré dans le micro du chanteur, et qu’il va déchirer mes enceintes ! Cette instru met en appétit pour la suite.  Le single OUAIS aurait pu s’appeler MOUAIS tant il me déçoit. Mais le Shout Shout relance la machine, et pour sûr, qu’il doit faire sauter et hurler le public en concert. Utah et Teen Tale sont de vraies réussites  mélodiques et  représentent bien le ton de l’album : jeune, nostalgique, rebelle. L’enchainement avec le mélancolique Playback AL, le dansant Beautiful Losers, le bancal Dirty Waterfalls, (je ne compte pas l’instrumentale WHAT ?!) se déroule comme une succession de scènes cohérentes entre elles. Erase retient également l’attention, par son mélange de « lyrisme épique » et de gros son. Dans son ensemble l’album tient la route, mis à part peut-être Gore Machine avec son coté Glitter Hard-Rock surexagéré. I love you Dark (Close your Eyes (regarde tes pompes…)), n’est pas une déclaration d’amour au seigneur Sith mais une jolie chanson de fin, façon berceuse sombre pour adolescente triste. T’as même l’honneur de te faire border par José, Emmanuelle, Arno et François.

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’aimerais rester coincé dans le son de Stuck In The Sound, mais ce Shoegazing Kids se savoure comme un vieux et bon souvenir de l’adolescence. Et puis y’a ce coté chauvin  à dire, qu’en France, on a un groupe qui va chasser en terre rock teenage American Apparel  avec une pop rock fluo sans clavier mais à base de guitares hurlantes, de basses grasses, et d’un jeu de batterie appuyé. On soulignera ici l’implication de Nick Sansano dans le travail du son et du mixage de ce disque, qui, au final, rappelle The Cure. Beaucoup. « Muse ! » crie quelqu’un au fond. Un peu. Au dernier Phoenix aussi. Certains morceaux, j’ai envie de dire singles, sont vraiment à injecter dans vos baladeurs numériques en guise de bonbons sonores. Quelque soit votre âge ! L’avenir de Stuck in the Sound est maintenant sur scène ; n’hésitez pas à aller les voir. C’est un bon groupe avec de bonnes chansons.

Label : Discograph / Sortie : Janvier 2009

1 réponse sur « Stuck in the sound – Shoegazing Kids »

Pas mal cette chronique. Je ne l’ai pas encore recu perso et je voulais savoir si çà valait la peine de le demander… ma période ado étant passée depuis pas mal de temps, le CD restera bien ou est ce qu’il est!!
Sinon, j’aime bien cette chronique… on sait ce que l’on aura entre les mains en achetant ce CD, qui, dans son style, soit etre pas mal du tout!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *