Catégories
Live reports

Sick of It All Live – La Maroquinerie – 10.2011

A l’occasion de l’anniversaire de leurs vingt-cinq ans de tournées les New-Yorkais de Sick Of It All, étaient de concert à La Maroquinerie (Paris) ce mardi soir d’octobre. La tâche de préparer le public à l’arrivée du fameux groupe de hard-core punk revenait aux Néerlandais de All For Nothing et les américains de Shai Hulud venus de la côte nord-est américaine.

Ce sont donc les membres de All For Nothing avec leurs sons énergiques au possible qui ont ouvert les hostilités. Avec un style proche de Sick Of It All avec à ça près que le chant est un travail de femme chez les Néerlandais, le groupe avait tout en main pour faire bondir le public d’un côté à l’autre de la salle. Que le public se soit réservé pour les groupes suivants ou qu’il n’ait pas encore bu assez de bières, ce ne fut que quelques sautillements qui agitèrent la salle. Mais le groupe ne s’est pas laissé démonter pour autant et a donné tout ce qu’il avait jusqu’à la fin de son set, offrant un show et un hardcore digne de ce nom, et même si les réactions physiques n’étaient pas au rendez-vous, les hourras et les applaudissements si !

Sont entrés sur scène un quart d’heure plus tard les membres de Shai Hulud. Dès le premier morceau, les membres se sont lancés corps et âmes dans leur show, sacrifiant malheureusement au même instant une part de leur qualité musicale qui m’avait pourtant fortement touché lors du Hellfest. Mais ce n’est pas cela qui a démonté les quelques fans qui ont animé la fosse quarante-cinq minutes durant. Fans malgré lesquels l’activité dans la salle était loin d’être à son comble. Et c’est presque sans cérémonie, hormis quelques remerciements, que le groupe a quitté la scène.

Et c’est seulement après plus d’une demi-heure d’attente, de balances et de remplissage ininterrompu de la salle que le groupe le plus attendu de la soirée est entrée sur scène. Il n’est pas rare de lire que dès les premières notes du groupe le public se met à danser d’un coup, mais dans ce cas-là on peut jurer que les trois-quarts des personnes présentes dans la fosse surveillaient les gestes du groupe pour coordonner leur premier mouvement avec la première note jouée. Et c’est comme ça que débuta un des pogos les plus impressionnants qu’il m’ait était donné de voir dans une salle remplie à en sentir le gel du voisin. Et cela durant toute la durée du show. C’est que le groupe sait y faire pour motiver son public sans l’épuiser pour autant. Avec comme seconde chanson Take the night off le groupe a su déchaîner, mais les petite pauses pour se reposer ont été fréquentes. Aussi nous avons souvent eu droit à des remerciements pour être venu aussi nombreux un mardi soir et le groupe a su agrémenter son show de petits plus sympathique comme laisser réellement le choix entre deux chansons au public, à savoir entre  The District et Disco Sucks Fucks Everythings. Ainsi, le spectacle c’est fini avec un public et un groupe qui a tout donné lors du rappel, pour deux des morceaux les plus emblématiques du groupe Uprising nation et Step Down.

Crédits photos : Brian Ravaux


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *