Catégories
Chroniques

Polock – Getting Down From The Trees

 

Cela va faire un peu plus d’une semaine que c’est le Printemps : exit la grosse doudoune, les arbres reprennent vie et vous avez l’esprit à vous allonger dans l’herbe verdoyante du parc à côté de chez vous. Avec, bien-sûr, votre casque vissé sur les oreilles à écouter… POLOCK ! Oui oui, ne cherchez plus, j’ai trouvé LE groupe de ce printemps ! Je commençais à être lassée d’écouter en boucle les chansons de Phoenix (ainsi que de tous ces groupes dérivés qui en font du copié-collé), de Tahiti 80, des Drums, de Best Coast, Summer Camp et compagnie, et je cherchais un groupe qui pouvait me proposer de la bonne summer pop indie. C’est là que Polock, un groupe de rock espagnol est arrivé à moi. Et ô surprise ! Dès la première écoute, tout n’était que joie, paix et amour (petite minute hippie). L’album s’ouvre avec High on Life, une chanson qui donne de suite le sourire et vous fait oublier votre journée (pourrie) métro>boulot>dodo.

La voix colorée de Papu Sebastián vous transporte (pour ma part, j’étais sur une place à Tahiti en train de regarder de superbes vagues), tout comme les arrangements du piano et le rythme vibrant des guitares. S’ensuit Fireworks, je n’ai qu’une chose à dire : Katy Perry peut aller se rhabiller, les jeunes d’aujourd’hui devraient associer Fireworks à Pollock. Non mais. Avec Tangerine, on est dans de la pop sucrée et sophistiquée à la fois. Car oui, même si les mélodies sont simples, le son reste bien travaillé teinté de sonorités électro.

Sometimes, mon morceau préféré, est celui qui se rapproche le plus de l’univers de Phoenix ou de Tahiti 80. C’est vraiment la voix de Papu qui change complètement la donne. Un titre frais et efficace dont le refrain reste facilement en tête : “Sometime I love you… And you make me feel so mad”. Deuxième morceau préféré avec Tangerines et Unicorns. Les paroles (que vous trouvez facilement sur  Internet) sont des plus sympathiques. Comme la plupart des autres paroles d’ailleurs ! Aussi, ce qui est appréciable avec Polock, c’est le rythme dansant des chansons. Des chansons qui nous laissent le temps de les apprécier, avec une moyenne de 4 minutes environ par titre. L’album qui s’ouvre en beauté avec High on Life se termine de la même façon avec Night Shot. 10 chansons en tout, 10 petites merveilles printanières. Voici un album des plus efficaces qui rendra vos oreilles (très) heureuse et vous avec !

Labels : Mushroom Pillow/Nacional Records/Tôt ou Tard – Sortie : Avril 2012

2 réponses sur « Polock – Getting Down From The Trees »

J’aime également beaucoup ce groupe, qui ressemble à Phoenix mais en beaucoup plus frais. J’aime beaucoup la façon dont tu les ai présenté.C’est léger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *