Catégories
Live reports

Ouverture de l’atelier de Zoxea – 104 – 25 Octobre 2009

AtelierdeZoxea-104

Le 104, dans le 19e arrondissement, accueille depuis février « Zoxea », pour l’enregistrement de son nouvel album solo (le 3e) : « Tout Dans La Tête ».

Pour l’occasion, il ouvre régulièrement les portes de son atelier, les dimanches après midi, afin de partager son savoir faire et sa passion ; et laisser le public s’exprimer.

Le programme se divise en deux : la première partie est consacrée aux questions de ses auditeurs ; la deuxième est un micro ouvert, pour ceux qui veulent chanter.

Détails surprenants et rafraîchissants : « Zoxea » est très simple et abordable, il répond sans détours aux questions, comble les moments de flottements en mettant du son ; le public est complètement diversifié : des rappeurs avides de connaissances, des petits du quartier profitants de leurs début de vacances, ou tout simplement des visiteurs de tout age, en passage au 104 et curieux de découvrir un peu plus cette culture.

« Zoxea » nous parle de son travail, il produit lui-même son album, sans discrimination envers les différents styles musicaux empruntés. Il peut très bien sampler du jazz, du rock, de la funk…, ses influences fétiches demeurant tout de même, la soul et le rap 80’s/90’s east coast (« Pete Rock and CL Smooth », « Lords of the Underground »…). Il enrichit les boucles en y mettant ses touches personnelles, caisse claire par ci, petite ligne de basse par là. Le sample n’est pas uniquement l’édifice, il est simplement l’une des pierres qui sert à l’ériger.

Au niveau des textes et c’est ce qui m’a le plus interpellé, il n’écrit pas et ce depuis 2004. Il fait tout de tête à l’instar de « Biggie » et « Jay Z ». Il arrive à structurer, corriger, réajuster, sans feuille ni stylo. Comme il le dit lui-même, son « cerveau est un disque dur ».

Devant notre perplexité, il nous raconte une expérience réalisée dans un collège, où il a fait utiliser sa méthode aux élèves. Elle s’est révélée concluante, les minots avouant que c’était plus facile pour eux de rapper sans la barrière de l’écrit.

Petit aparté personnel, je ne doute pas de l’efficacité ou de la qualité de ce system, mais je reste attaché tout de même à l’écriture, je pense qu’elle reste une discipline importante.

« Zoxea » s’efface, pour laisser place aux plus ou moins jeunes rappeurs, plus ou moins doués d’ailleurs. Il se charge des platines, faisant se succéder ses bons vieux vinyles de hip-hop accumulés depuis ses débuts (voire même sûrement avant) avec les « Sages Poètes de la Rue ».

Les freestyles s’enchaînent, on peut citer les bonnes perfs de « Zedyo », « Christo », l’énergie des gars de « RQT » (Riquet 19e)…

Bref, c’était un après midi enrichissant, dans un bon esprit, le genre de petit événement qu’on aimerait voir se répéter plus souvent.

Crédit Photo : Aurélien Roehr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *