Catégories
Chroniques

Nas, Damian Marley – Distant relatives

Après leur collaboration sur le titre Road to Zion en 2005, le plus jeune enfant de Bob et le rappeur du Queens réitèrent heureusement mais cette fois pour un album entier.

Une très bonne surprise qui étrangement plaira autant aux fans de Nas que de Damian. On apprécie le mélange hip hop et reggae sur certains morceaux tandis que d’autres sont strictement classifiables. Les titres sont produits exclusivement par Damian ou son frère Stephen. L’on travaille en famille et entre « cousins éloignés »…L’éloge à la culture et l’histoire africaines est omniprésentes, mais le message reste unificateur. Les artistes ont voulu mettre en avant le lien qui unit toute l’humanité.

L’album démarre sur l’explosif As We Enter. Un egotrip hip hop bien lourd qui ne reflète pas l’ensemble du disque (I got the guns, I got the Ganja ) mais qui illustre l’énergie positive que veulent transmettre les deux comparses.

Dispear cherche à réveiller les consciences face à la réalité du système capitaliste (they are the gangsters they are the bankers) et la nécessité de lutter. Un discours classique mais on ne peut plus d’actualité (my mind is my modern day spear).

Le message est conscient et optimiste, tourné vers le changement. My generation est une ode à la jeunesse et à l’espoir. Lil Wayne laisse de côté ses couplets matérialistes et voit le drapeau d’un œil différent depuis que le président est noir. L’ombre des figures africaines et afro-américaines planent sur les 16 mesures (Africa Must Wake Up). Distant Relatives pourra faire office de petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage de qui voudra bien tendre l’oreille…

L’ensemble de l’album est bien sur teinté de spiritualité rasta voire de spiritualité tout court…(In His Own Words, Land of Promise…) Damian retrouve la terre promise sur les plages du Sénégal et Nas y imagine des Porsches et des peintures de Basquiat. Une reprise du morceau de Dennis Brown sur laquelle on retrouve Damian et Nas très à l’aise. La surprise de cet album reste la facilité du rappeur a posé sur des morceaux reggae.

On retrouve également sur deux morceaux le très en vogue K’Naan, rappeur / artiste égérie d’une marque de boissons gazeuses pour cette période estivale footballistique.

Nah Mean est un autre titre bien rythmé sur lequel tu feras la fête comme quand tu finis la conditionnelle. Nas vient d’ajouter une corde à son arc déjà bien chargée et Damian a un immense talent d’écriture et d’interprétation certainement génétique

Malgré  quelques morceaux un peu faciles, l’album est très consistant …

Label : Barclay – Sortie : Mai 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *