Catégories
Chroniques

Kap Bambino – Devotion

Le duo Kap Bambino sera de retour le 27 février prochain avec son 5ème album ! Après l’album Blacklist en 2009, le groupe est attendu avec impatience, un nouvel opus sous le coude, Devotion, toujours sur le label Because Music.

Caroline et Orion sont-ils toujours aussi électriques ? Vu le son oui, même si Resistance Alpha, premier morceau de Devotion est loin d’être bon. Glam rock électronique, le spectre désagréable et dissonant des années 80 n’est pas loin. Objectivement, quiconque entrant dans un lieu public diffusant cette musique sera pris d’une envie subite de déguerpir. Ballade spatiale, champ astéroïdes, ovni désagréable ? On ne peut pas en rester là. Après un excellent Blacklist qui nous avait habitué à des féroces lignes de basse et une musique de teufeurs enivrés, Devotion ne peut pas être aussi inférieur à son aîné. Et pourtant, Obsess pointe son nez avec toujours aussi peu de rythmiques cadencées. On prend peur un instant. Que reste-t-il des Kap Bambino ?

Heureusement, le titre Devotion nous rapproche des ambiances endiablées et fiévreuses qui ont fait la réputation du duo. Ce troisième morceau est tout bonnement excellent, ouf. Plaisir pourtant de courte durée car suivi de Mer Morte, nom illustrant bien la morosité et le peu de sursauts ressentis par l’oreille durant l’écoute. Les morceaux tournent en rond, on s’y ennuie. Les électrochocs ont vidé les lieux, et notre intérêt ne s’en amenuise que davantage. Electro atmosphérique soutenu par de la drum’n’bass mollassonne, oui, passons.

Un hommage à Daft Punk ? Une courbette faite aux grands maîtres, le morceau Burning commence bien mais finit par résonner répétitif et nébuleux. La voix de Caroline est moins possédée, son noise pop love and punk est moins fou. Heureusement, King Cobra redonne une fierté au groupe. Plus dingo et aliéné que les premiers morceaux, on entre en transe à son écoute, une entêtante rythmique nous remuant enfin le corps. Et malheureusement, ce moment de salvation ne dure qu’1min13. La frustration s’épaissit. Où êtes-vous démons électriques ?

White Vodoo est décevant. Les sonorités trop disco gâchent le plaisir des parties d’electro fusion pourtant bien punchy. Moins sauvage, la musique du duo nous donne l’impression d’écouter de la house de 3ème zone : Buffalo Kids, Trapping

Caroline a dit un jour, « La musique est comme une bête qui se libère en moi. Quand ça se passe devant des gens, ça agit comme une grande libération pour tout le monde ». La bête n’est plus. Un groupe dingue, charismatique et volcanique s’en est allé.

Label : Because Music – Sortie : 27 février 2012

1 réponse sur « Kap Bambino – Devotion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *