Catégories
Chroniques

HUNX – Hairdresser Blues

Après quelques semaines de retard, voici enfin ma chronique du tout nouvel album solo de Seth Bogart aka HunxHairdresser Blues. Bon, pour la petite histoire personnelle, j’ai écouté l’album après une insolation au Vietnam qui m’a valu de gros délires en direct de mon hammac, et ensuite j’ai ré-écouté l’album de retour en France, avec une rhinopharyngite et de la fièvre qui m’a aussi valu des délires en direct de mon lit. Et déjà, +1 pour Hunx, car même malade, j’ai adoré l’album qui m’a transporté ! Oui, à un moment, j’étais comme Seth dans le clip de Private Room, entourée de mes peluches, dans une chambre très bizarre. Et Seth avec son rouge à lèvres et sa moustache, me chantait le refrain entêtant “Private Room, Private Roo-oo-oom, Private Room…”. Mais revenons à l’album.

On connaissait Hunx and His Punx, Hunx and His Punkettes, Hunx et Shannon Saw, et bien maintenant c’est Hunx tout seul. Mais un Hunx toujours déjanté, aux looks toujours aussi trash. Et quelle réussite cet album ! Un savant mélange de punk, de garage, de rock… Le tout, dans un album qui ne dure pas des heures… Bref un condensé de tout ce que j’aime. 26 minutes de bon son. Aussi, sachez que dans Hairdresser Blues, c’est Seth Bogart qui a composé toutes les chansons et c’est lui qui joue de tous les instruments, exceptés pour la batterie où c’est Daniel Pitout du groupe Nü Sensae (vous savez, c’est eux qui ont fait le clip très alléchant Im a Body) qui s’y est collé.

Dans la chanson éponyme de l’album : Haidresser Blues, Hunx fait part pendant 3,17 minutes de ses problèmes existentiels de coiffure : il veut pas se couper les cheveux, du coup il veut pas aller à l’école, et puis il en a marre d’avoir de la laque collée à ses yeux quand il dort. Bref, il aimerait être un jour être satisfait de sa coiffure pour se sentir mieux, pour être heureux. BEN OUI, c’est vrai quoi.

Bon mais mis à part les problèmes de chevelure que nous avons tous connus (mais peut-être pas au point d’en faire une chanson, avouons-le), dans “Say Goodbye Before You Leave”, Hunx fait référence dans une chanson-hommage à son ami Jay Reatord qui n’est plus parmi nous (RIP), et qui lui manque beaucoup… Même si les paroles ne sont forcément pas des plus joyeuses, on ne tombe pas dans la fameuse ballade rock triste. La deuxième et dernière chanson “triste” de l’album est When You’re Gone, où cette fois Seth parle de son défunt son père.

Mon coup de cœur de l’album va tout droit à Always Forever. Une pépite ! A 1min24, c’est le bonheur (instrumental). I’m Not the One You’re Looking For traîne un peu trop en longueur selon moi… même si la chanson ne dure que 2,33 minutes la voix de Seth m’a ennuyé sur ce morceau. Heureusement, Set Them Free qui arrive juste après nous redonne du punch !
Pour conclure, je n’aurai pas de grande critique à faire… l’album est réussi, j’aime encore plus le personnage de Hunx qui nous plonge avec Hairdresser Blues dans un univers plus personnel, plus intimiste, qui est le sien, et qui peut aussi faire écho au nôtre. En ce courant 2012, l’album de Hunk trône pour moi, en tout cas pour le moment, en tête des sorties d’albums garage/rock/punk !

Label : Harldy Art/Sub Pop Records – Sortie : 2012

Track list :
01. Your Love Is Here To Stay
02. Private Room
03. Let Me In
04. Always Forever
05. Hairdresser Blues
06. Do You Remember Being A Roller?
07. I’m Not The One You Were Looking For
08. Set Them Free
09. Say Goodbye Before You Leave
10. When You’re Gone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *