Catégories
Live reports

Festival Fnac Live 2013 – Place de l’Hôtel de Ville – Jour 2

La programmation de ce deuxième jour des Fnac Live était des plus éclectiques. Ca tombe bien, on a aimé voguer entre le « blufunk » de Keziah Jones, le jazz de Raphael Gualazzi et l’électro de Breakbot et Agoria.

Mais il n’empêche, on s’est demandé ce que Raphael Gualazzi faisait là. Virtuose du piano, touchant à la fois au jazz moderne et au blues, l’Italien détonnait dans une programmation globale très electro-pop ou chanson française. On ne va pas se plaindre, même si l’ensemble a pu sembler un peu trop « mou » pour un public de concert gratuit, venu sur la place de l’Hôtel de Ville autant pour bronzer que pour écouter. Choristes, contrebasse ou notes noires et blanches ont apporté une dimension nouvelle à ces Fnac Live: celle de l’ouverture d’esprit, où le jazz n’est pas une musique élitiste. Mais il faut dire que l’âge du public aidait. Les trentenaires parisiens se sont déplacés en très grand nombre pour applaudir Keziah Jones (moyenne d’âge qui a dégringolé avec l’arrivée de Breakbot). Au fur et à mesure du set, l’ambiance monte, et ça se dandine avec enthousiasme sur Don’t Call My Name, extrait de l’album Happy Mistake sorti en avril dernier.

Grand attendu de la soirée (dans tous les sens du terme: 10-15 minutes de retard, non sans stress pour l’orga’), Keziah Jones est le grand gagnant de la soirée. Devant un parterre de 25 000 personnes (!) selon la Fnac, l’Anglais originaire du Nigeria a fait une véritable démonstration de « blufunk », son style bien personnel composé de blues, de funk (vous l’aurez compris) mais également teinté de soul et de rock. Ils sont seulement trois sur scène -un bassiste et un batteur-, mais ça a été amplement suffisant pour retourner le parvis. Keziah s’est même offert le luxe de deux rappels, son prochain single Afronewave et le tube Rhythm of Love… Avant d’aller se prendre un petit bain de foule. Il pose avec un fan qui ne cache pas sa joie. Il se marre, a l’air chez lui. Son quatrième album, Captain Rugged, sort le 4 novembre. Ce Fnac Live a tout d’un bon présage.

Changement d’ambiance et de public. Breakbot, sosie d’un gourou à la Sebastien Tellier (sans les lunettes), arrive raide comme un piquet dans son costume blanc. Le jeu de scène est toujours le même: énorme bouche en résine collée à ses platines, deux-trois clopes et puis s’en va. Peu importe, les danseurs gigotent les yeux fermés. Ca commence d’ailleurs à être le bordel avec tous ces fêtards extatiques (ecstatique?). L’arrivée d’Agoria et de son électro un peu plus pointue arrange quelque peu la situation… Mais en déçoit quelques uns. Peut-être qu’à force de présenter son spectacle Forms, avec animations vidéo et tout le toutim, le Lyonnais d’adoption a oublié d’être suffisamment accessible pour un concert gratuit place de l’Hôtel de Ville…

Un Macdo bien gras et on attend déjà avec impatiente le lendemain. A l’affiche: Colours In The Street, Saint Michel, Isaac Delusion, Christine And The Queens, Rokia Traoré, Concrete Knives et Lilly Wood And The Prick!

Crédits photo: Céline Lili Faye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *