Catégories
Live reports

Eyehategod + Orange Goblin Live – Glazart – 17.07.2013

Soirée Stoner et Sludge au Glazart avec 2 poids lourds (sans jeu de mot pourri). Les américains Eyehategod et les anglais Orange Goblin.

Le Glazart et Stoned Gathering ont commencé à mettre en place un nouveau système, les achats groupés de places. En effet, en prenant 1 place 2 concerts ont bénéficiait d’une remise, une belle initiative à réitérer, bien évidemment il faut encore trouver les groupes qui vont ensemble ! Mondo Generator étant un choix judicieux pour packager les 2 concerts.

Nous commençons par Eyehategod, de notre côté c’était une totale découverte. A la vue de Mike le chanteur, nous nous sommes demandé si le concert allait se finir plus tôt que prévu. En effet, une bouteille de vodka dans une main et une pinte du même alcool dans l’autre, ce combo ne laissait guère de place à notre optimisme sur la longueur du concert. Aux dires d’un fan avec qui nous entamons une discussion, nous comprenons que c’est totalement normal et que Mike a l’air limite plus en forme que d’habitude. C’est en entendant les premieres notes couplées à une voix d’outre tombe, que nous comprenons d’où vient l’engouement pour ce groupe. La sauce monte parfaitement, c’est très sale et très lourd à la fois, on se prend au rythme très facilement. Quelques problèmes techniques avec le guitariste casseront notre cocon musical et nous aurons l’occasion de comprendre que Mike n’as pas vraiment l’âme d’un chauffeur de salle. Il finira sa pinte a moitié pleine d’un trait. Le concert reprendra avec 1 guitariste, l’autre essayant de régler son ampli. Mike se fera un petit plaisir en cassant un halogène. La formation de la nouvelle orléans nous aura donné du fil a retordre dans la fosse. Triste nouvelle puisque le batteur Joey Lacaze succombera quelques jours plus tard dans des conditions inexpliquées jusqu’alors.

La venue d’Orange Goblin en France est toujours très remarquée (Hellfest, Bordeaux…), je crois qu’ils n’avaient jamais joué à Paris. C’est donc avec entrain que le public s’est empressé de revenir la bière bien pleine dans le sauna. Ce que l’on adore avec ce groupe c’est le sourire très marqué, la communication, la fraternité, ces valeurs perdues que l’ont vient chercher à la force des coudes dans un fosse bondée. La départ est lancé avec Scorpionica, titre issu de l’album The big black, morceau très blues avec des teintes psyché parfait pour se chauffer le cou en attendant la déferlante. The Filthy & the Few qui définie l’essence même du groupe, un son très accrocheur qui colle très bien à une bande son de road movie americain. On retrouve un rythme faisant penser au Sludge de EHG sur Made of Rats, titre très lourd des londoniens. Le groupe finira par faire 2 rappels  Quincy the Pigboy et le génial Red Tide Rising sorti de leur dernier album.

Encore une très bonne programmation proposée par Glazart et Stoned Gathering, finalement, S.G. aura trouvé une très bonne salle de remplacement à la regrettée salle “les combustibles”

Crédits photo: Brian Ravaux – Immortalizr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *