Catégories
Chroniques

Evening Hymns – Spectral Dusk

Le dernier opus du groupe Canadien Evening Hymns, Spectral Dusk, qui sortira le 27 août prochain, nous transporte dans un univers à part : celui du leader d’une bande de cinq musiciens au style proche d’Ohbijou ou encore de Fleet Foxes. Jonas Bonnetta est l’auteur, génial, du second album du groupe. Après un titre personnel en 2007, il s’est entouré de ses amis dans une cabane au fin fond du Canada. Parmi eux, The Wooden Sky ou Timber Timbre, des locaux de l’Ontario et de Toronto au style sensiblement similaire qui ont influencé ces morceaux entrainant. C’est autour d’une nature omniprésente qu’ils ont travaillé pour obtenir une musique pure, sensible.

C’est avec une touche plus personnelle que l’on découvre cet album aux sonorités sombres et vulnérables. La couverture traduit cette idée de brume et de hauteur sentimentale. Jonas Bonnetta a perdu un être cher, avec qui il partageait beaucoup. Son père a disparu il y a trois ans et cela a provoqué la recherche maximale de l’émotion transmise par la musique.

Il a fallu du temps pour se chercher et retrouver l’intimité de l’auteur qui souhaite rejoindre ces lieux reculés, ces moments émotionnels qu’il a vécu avec son père à la campagne, à  la pêche ou dans les bois. Il nous fait partager cette douce musique folk avec merveille. Attention donc à ne pas tomber rapidement dans ce flot de mélancolie très bien délivré. Chaque chanson cache une intention, la longue (9min) mais très profonde Irving lake access road, la déclaration lors de Song to spleep to ou encore la beauté de Family Tree qui mêle la voix envoutante de Jonas et la douceur de Sylvie Smith.

L’album se veut intense de bout en bout, Evening Hymns préconise l’écoute autour d’un feu de bois dans un épais brouillard ou dans le silence hivernal des montagnes enneigées.

Chronique réalisée par Florent Rols

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *