Catégories
Chroniques Videos

Erland and The Carnival – Erland and The Carnival

Si le nom d’Erland & The Carnival ne vous évoque rien, sachez que derrière cette référence souhaitée à une chanson de Jason C Franck reprise sur ce disque, se cache Simon Tong, (qui a été un peu sur tout les fronts entre The Verve, Gorillaz ou encore Blur), Gawain Erland Cooper (Orcadian) et David Nock (The Orb ou encore The Cult). Un assez gros bagage donc, qui place la barre des attentes assez hautes.

Le résultat en vaut la peine, marqué par les diverses influences du groupe, de la musique traditionnelle anglaise à la folk avec quelques petites touches psychédéliques.

L’album démarre assez fort avec « Love is a Killing Thing » qui séduit dès les premières secondes avec le chant très cérémonieux et son rythme percutant et soutenu. On enchaîne avec « My name is Carnival », la fameuse reprise de Jason C Franck, aux sonorités très folk, pour continuer avec « You Don’t Have to be Lonely », morceau très bondissant dont l’intro m’a rappelé Madness, et qui est sympa à la première écoute mais qui devient assez vite lassant…

« Trouble in Mind », le single de l’album, a des sonorités déjà plus pop et séduit avec un refrain efficace. Le disque prend des teintes vintages avec des morceaux comme « The Sweeter the Girl the Harder I fall » qui rappelle Love et leur époque. L’électronique fait psychédélique, la folk sonne vintage, mais Erland & The Carnival ne sont pas uniquement des nostalgiques pour autant : la preuve avec « The Echoing Green » qui clôture l’album avec des sonorités déjà plus actuelles et une voix plus brut.

Un bon potentiel donc, pour un groupe convaincant et original aux influences larges.

Label : Pias / Sortie : Mars 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *