Catégories
Chroniques

Emilie Simon – Franky Knight


Tout à la fois album et bande originale, Franky Knight est le cinquième opus studio d’une des plus talentueuses de nos auteurs compositeurs hexagonaux. Avec son univers onirique et délicat, digne de Dany Elfman ou de Björk, Emilie Simon à en moins de dix ans marqué durablement la scène française. Usant jusque là d’une narration à la troisième personne, la belle nous livre ici une œuvre très intime et nous invite à passer les portes de son jardin secret …

Et ce n’est pas là qu’un figure de style ! Car effet il semble qu’à l’origine, les 10 titres qui composent Franky Knight avaient pour  vocation de lui servir de journal … mais lorsque David Foenkinos lui a proposé de travaillé sur la musique de l’adaptation de cinématographique La Délicatesse, le thème de l’œuvre est entré en résonance avec son histoire personnelle et nous avons pu découvrir une nouvelle facette de la jeune femme au coccinelles.

Un projet d’autant plus intéressant qu’il serrait difficile de le rattacher à la Big Machine ou aux univers précédent. En effet il y a ici musicalement un petit bout de chacune des Émilie Simon que nous connaissons. Mystique, comme sur le dernier opus avec des titres tels que Mon Chevalier nappé de cuivres émouvants ou encore Holy Pool Of Memories où l’on retrouve la Kate Bush qui sommeille en elle. Electronique, Trip-Hop même, sur Bel Amour ou Franky’s Princess ou enfin épurée presque organique sur Sous Les Etoiles la belle revêt différents costumes et fait au final de cet album, un condensé de toutes les périodes musicale de ce début de carrière qu’on lui souhaite la plus pérenne possible !

1 réponse sur « Emilie Simon – Franky Knight »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *