Catégories
Chroniques

Elizabeth – Where Vultures Land, édition Deluxe

Seconde sortie du mois de juin pour Throatruiner Records, les Suisses d’Elizabeth et leur édition Deluxe de Where Vultures Land. Avec treize morceaux, le quatuor de punk hardcore est autant dans la quantité que dans la qualité et c’est un vrai album qu’il nous offre.

Classique du genre, la batterie se veut rapide, la voix criée à la limite du déchirement et le couple guitare/basse se fait rythmique. Dès Darkness, le premier morceau, on comprend qu’Elizabeth porte un prénom féminin mais est loin de la délicatesse.

Pourtant, le deuxième titre The Call plante un tout autre décor. Instruments lents, voix lointaine, le groupe semble vouloir nous emmener dans une toute autre direction. Direction qui sera très vite éloignée dès l’arrivée de la troisième chanson, Sharp Teeth And Knives.

Et comme une fois n’est pas coutume, avec Sailor’s Grave, Elizabeth change encore une fois d’ambiance et nous plonge dans un rock garage plutôt old school qui ravira les fans du genre et les nostalgiques.

Pour ceux qui préfèrent la violence, Candles est parfaite. A noter sur ce morceau, un jeu de batterie plutôt intéressant qui change de l’habituel matraquage de caisse claire proposé par le punk. Juste après, dans Black Eyed, c’est un riff de guitare répété sur toute la chanson qui rythme le morceau. Morceau qui se termine d’ailleurs par un parfait ralentissement de mesures qui vient alourdir puissamment le tout. Un très bon mélange.

Le reste de l’album est fidèle à ce mixe d’accélérations, de ralentissements, de riffs accrocheurs bien qu’un peu trop répétitifs parfois. L’album se terminera par un joli larsen de fin. Quant à la voix, certains adoreront, d’autres fuiront, un risque à prendre dans cet univers musical.

Elizabeth – Darkness

Sortie: 20 juin 2013
Chronique réalisée par Kathleen Bousiquier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *