Catégories
Chroniques

Clarika – La tournure des choses

Un brin de folie, un zeste d’humour, une pincée de fraîcheur et arrosez le tout de beaucoup d’authenticité, vous obtiendrez… Clarika, et son dernier album La tournure des choses, sorti le 21 janvier 2013.

Clarika, c’est cette chanteuse française qu’on connaît tous un peu, mais pas vraiment. Ce qui la caractérise ? Son imperfection ! Des oreilles critiques diront qu’elle ne chante pas toujours juste, et ils auront raison. Mais c’est ce qui fait tout le charme de l’artiste. Son truc à elle, c’est les mots. Elle sait les utiliser, elle les manie à sa sauce pour obtenir des chansons très personnelles sur ce qui la touche.

Toujours avec humour, et finesse – même s’il faut parfois chercher la délicatesse. Ainsi, dans La tournure des choses, Clarika dresse un portrait critique de l’état du monde : elle regrette le temps où les sentiments s’écrivaient sur du papier (J’veux des lettres), ce temps où, plus qu’à l’ordinateur, on jouait aux boules, où il y avait encore des saisons (C’était mieux avant) ! Elle critique le monde où tout est calculé, où rien n’est laissé au hasard et regrette les imprévus. Si Tout est sous contrôle est vocalement le morceau le plus imparfait, c’est aussi le plus ironique. Clarika glisse des mots de tous les jours, du verlan, des marques, Clarika c’est tout pour la rime ! À écouter si vous sentez pointer un peu de déprime, à écouter en chantant à tue-tête – on a même droit de chanter faux ! À écouter pour décomplexer ! Car Clarika c’est tout ça, une fille qui se regarde et se raconte avec autodérision. Une fille qui voudrait parfois être un mâle, s’appeler monsieur, qui voudrait changer. Une fille sympa, qui croit même avoir une chance avec Robbie Williams, et qui en fait une chanson hilarante (Robbie).

L’ennui avec Clarika, c’est qu’on pourrait passer du temps à relever tous les défauts de son disque… Mais on préfère en relever l’ensemble plein d’humour, qui fait incroyablement du bien ! Élabore avec son amoureux et compagnon artistique Jean-Jacques Nyssein, ce sixième album est une réussite, qui contient quelques pépites tendres, notamment Mais non mon chat, qui tend à rassurer les enfants face aux informations angoissantes : « si c’était vrai, on montrerait pas ». Plus sobre et épuré que les précédents albums, quatre ans après Moi en mieux (2009), La tournure des choses vient réchauffer l’hiver, nous redonne un coup de fouet avec des morceaux comme Oualou ou Sumagali, composé par Florent Marchet, et nous permet de rire et de se sentir bien avec ses petits défauts !

Auriane Hamon

1 réponse sur « Clarika – La tournure des choses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *