Catégories
Chroniques

Chidra – L’Echantillon

« L’ Echantillon » ; voici le titre de la street tape entièrement autoproduite de Chidra du groupe Double Peine. Comment vous dire…si ceci n’est qu’un échantillon, qu’est ce qu’il peut bien nous préparer encore dans son laboratoire ?!

Oui, là je ne vais pas mâcher mes mots, on atteint du haut niveau. S’il devait être boxeur, il entrerait dans la catégorie des poids lourds et à coup sur décrocherait la ceinture, avec zèle et panache ; Chidra, ou le Mohamed Ali du rap. Comme Ali, il dit ce qu’il pense quitte à choquer ; comme Ali lorsqu’il refusa de partir au Vietnam, il se dresse contre l’état via les mots ; comme Ali contre Foreman, il encaisse les coups, fatigue l’adversaire, avant de le mettre au sol.

L’ Echantillon, un vrai combat de boxe à travers lequel il nous montre l’étendu de son savoir faire.

Premier round, round d’observation, il nous montre peu à peu son jeu, il délivre lentement ses rimes, percutantes déjà ; il sait jouer avec les mots, se joue de son adversaire ; en l’occurrence ils sont plusieurs : l’état, ses représentants, certains fanatiques, les organisations officieuses, les vendus du showbiz… ; puis round après round, gauche après droite, il balance, sans jamais baisser la garde, sans aller dans les cordes, ses lyrics bourrés de métaphores, de références historiques ; il n’en a pas que dans les poings, il en a aussi dans la caboche.

On pense qu’il va se fatiguer ; au contraire plus ça va, plus son flow est fluide ; il colle parfaitement aux prods, valse avec les beats, toujours en rythme ; il se déplace sur le ring à la vitesse d’un félin.

Puis vient ce 7e round, le plus connu, le plus polémique, l’un des plus aboutits aussi « Esprit Libre », un véritable uppercut. L’adversaire est touché, on compte, il se relève quand même, le combat n’est pas encore fini ; un petit tour dans le coin, serviette, éponge, il reprend des forces avec John Key l’autre membre de Double Peine, puis change de stratégie avec « J’ai Fais un Rêve » ; peut être ma préférée ; titre plein de positivité et d’espérance, ou il nous montre qu’on peut se battre et avoir du cœur, ou il nous dit ce en quoi il croit, parce que croire a du sens pour lui, c’est sur.

Arrive le 10e round, « Treizième Freestyle », ou il invite une pléiade de MC’s du 13e, son quartier, John Key, Dehmo et HP de  Mafia Zeutrei , Madjid, Rochdi et Joubinn de Krystal, Chichon du BinomePoto R, Leska, Lil Bledia et Rod K, pour porter l’estocade.
Un match de boxe c’est 12 rounds, il n’y en a que 10 ; KO cela veut dire.

S’il fallait résumer en quelques mots, je dirais que c’est quasiment un combat d’anthologie, peut être le meilleur de l’année. Chidra est un personnage engagé, plein de convictions, fier de ses opinions ; il n’hésite pas à dire ce qu’il pense, parfois crûment, mais aussi avec subtilité, sachant qu’il risque d’en déranger plus d’un. Techniquement, il est plus qu’au point, dans ses rimes, son flow, sa diction.

J’ai rarement écrit une chronique aussi dithyrambique, mais là je trouve que ce bonhomme le mérite.

Sortie : juillet 2010 – Myspace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *